le Minsanté sollicite le secteur privé pour soutenir la stratégie nationale de vaccination

- Advertisement -

le Minsanté sollicite le secteur privé pour soutenir la stratégie nationale de vaccination

Le ministre de la Santé publique (Minsanté), Manaouda Malachie (photo), a invité le secteur privé à investir dans la vaccination pour sauver des vies. « Ma présence ici est à prendre dans le sens d’une démarche républicaine. Je suis là pour vous demander de bien vouloir accepter de donner une chance de vivre et d’être en bonne santé à tous les enfants camerounais. Ceci passe indubitablement par un geste qui sauve, sans aucune contrainte et quel que soit la nature de l’appui que vous apporterez au Programme élargi de vaccination (PEV) », a-t-il déclaré, à l’ouverture du forum de plaidoyer et d’engagement du secteur privé en soutien à la Stratégie nationale de vaccination ce mercredi 27 mars au siège du Groupement des entreprises du Cameroun (Gecam) à Douala, la métropole économique.
Ce forum de deux jours vise à court terme l’engagement du secteur privé, mais aussi de la société civile et des administrations partenaires, pour soutenir la Stratégie nationale de la vaccination du Cameroun au cours des cinq prochaines années, a-t-on appris de la cellule de communication du ministère de la Santé publique. A travers cette initiative, ce département ministériel veut amener le secteur privé à s’impliquer dans la mobilisation des ressources financières pour soutenir les efforts de vaccination du gouvernement.
Le secteur privé est sollicité ici pour appuyer les activités du PEV et l’aider à atteindre son objectif de contribuer à la réduction de la morbidité et de la mortalité générale d’ici 2030, en vue de l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD) auxquels le Cameroun a souscrit. En l’occurrence l’ODD 3 qui est de permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge. Deux des cibles de cet objectif sont d’éliminer les décès évitables de nouveau-nés et d’enfants de moins de 5 ans et de faire passer le taux de mortalité maternelle au-dessous de 70 pour 100 000 naissances vivantes d’ici 2030, les enfants de cette tranche d’âge et les femmes enceintes étant les cibles du PEV.
« Baisse graduelle des financements extérieurs »
Le ministre de la Santé publique explique que l’élaboration de la Stratégie nationale de la vaccination du Cameroun se tient dans un contexte économique difficile marqué par l’impact de la pandémie de la Covid-19 sur les économies et le système de santé et une « baisse graduelle » des financements extérieurs alloués aux achats des vaccins et aux coûts opérationnels de la vaccination. « Cette situation a pour conséquence l’augmentation de manière considérable du financement domestique, et donc de l’État, sur les trois dernières années », a-t-il dit, soulignant qu’il est toutefois conscient que les entreprises ont été impactées et que certaines ont fermé leurs portes.
Pour obtenir l’adhésion du secteur privé, Manaouda Malachie argue que la pérennité de la politique nationale de vaccination doit être considérée comme « un défi national » à relever, et nécessite donc l’engagement de toutes les parties prenantes, notamment le secteur privé, « afin de compenser le retrait graduel des partenaires classiques dans le financement de la vaccination », argue le membre du gouvernement. Aussi, est-il nécessaire d’établir un dialogue avec les entreprises pour un financement local et durable de la vaccination.
Au Cameroun, le PEV offre des vaccins contre au moins 15 maladies évitables par la vaccination, dont le vaccin antipaludique qui a été introduit dans la vaccination de routine au début de cette année 2024. Parmi ces vaccins, 8 sont cofinancés par Gavi, l’Alliance du vaccin. « Par ailleurs, Gavi fournit un accompagnement en termes de cash, à peu près 30 millions de dollars américains, pour renforcer le système de santé en termes de chaîne de froid, de qualité des données, de transport, de renforcement des ressources humaines, etc., afin de s’assurer que l’acte de vaccination puisse efficacement être délivré », déclarait, dans une interview accordée à SBBC en décembre dernier, Marthe Sylvie Essengue Elouma, directrice régionale Afrique centrale et de l’Ouest de cette organisation internationale dont la mission est d’assurer un meilleur accès aux vaccins aux enfants vivant dans les pays les plus pauvres. Selon cette dernière, Gavi a décidé d’allouer près de 26 milliards de FCFA pour les cinq prochaines années au Cameroun « pour pouvoir assurer un programme élargi de vaccination réussi et contribuer à construire un système de santé résilient ».
Patricia Ngo Ngouem
Marthe Sylvie Essengue Elouma : « On pourrait résumer la contribution de Gavi au Cameroun à 190,8 milliards de FCFA

Cet article est apparu en premier sur https://www.stopblablacam.com/societe/2803-12134-sante-le-minsante-sollicite-le-secteur-prive-pour-soutenir-la-strategie-nationale-de-vaccination


.

- Advertisement -