l’Assemblée adopte une proposition de résolution condamnant la « répression sanglante et meurtrière des Algériens »

- Advertisement -

l’Assemblée adopte une proposition de résolution condamnant la « répression sanglante et meurtrière des Algériens »

Le texte porté par l’écologiste Sabrina Sebaihi et la députée Renaissance Julie Delpech a été approuvée dans un hémicycle clairsemé par 67 députés, 11 issus des rangs du RN votant contre.

L'Assemblée nationale, à Paris, le 26 mars 2024. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

La répression avait fait plusieurs dizaines de victimes, entre 30 et 200 selon les historiens. L’Assemblée nationale a approuvé une proposition de résolution qui « condamne la répression sanglante et meurtrière des Algériens commise sous l’autorité du préfet de police Maurice Papon » au cours d’une manifestation pacifique le 17 octobre 1961, jeudi 28 mars.

La proposition, portée par l’écologiste Sabrina Sebaihi et la députée Renaissance Julie Delpech, a été approuvée dans un hémicycle clairsemé par 67 députés, 11 votant contre, issus des rang du Rassemblement national. La ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales, Dominique Faure, a évoqué dans son discours une manifestation « réprimée dans la violence par les services agissant sous l’autorité du préfet de police de l’époque, Maurice Papon », au cours de laquelle « outre de nombreux blessés, plusieurs dizaines [de personnes] furent tuées, leurs corps jetés dans la Seine ».

« Une pensée pour ces victimes »

« Ayons aujourd’hui à cette tribune une pensée pour ces victimes et leurs familles frappées de plein fouet par l’engrenage de la violence », a-t-elle dit, sous les yeux de représentants des collectifs qui plaident depuis plusieurs années pour cette reconnaissance. Le 17 octobre 1961, le Front de libération national avait appelé à manifester dans les rues de Paris pour réclamer l’indépendance de l’Algérie, à l’époque département français où la guerre faisait rage depuis 1954, et la fin du couvre-feu visant les « musulmans algériens » depuis le 5 octobre.

Entre 20 000 et 30 000 Algériens ont participé au rassemblement, mais celui-ci dégénère et de nombreux manifestants sont frappés avec des gourdins ou à coups de crosse par la police. Plusieurs d’entre eux sont même tués « par balle » puis jetés dans la Seine, précise l’historien Emmanuel Blanchard au Monde.

La résolution « invite » également « le gouvernment à travailler en commun avec les autorités algériennes pour appréhender leur histoire commune, y compris celle des événements du 17 octobre 1961 ». Sabrina Sebaihi a rappelé le travail de mémoire déjà accompli, avec l’« hommage aux victimes » d’une « sanglante répression » rendue par François Hollande en 2012, et la reconnaissance de « crimes (…) inexcusables » par Emmanuel Macron le 17 octobre 2021. Le texte « souhaite » en outre « l’inscription d’une journée de commémoration [de ce] massacre » à « l’agenda des journées nationales et cérémonies officielles ».

Cet article est apparu en premier sur https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/algerie/massacre-du-17-octobre-1961-l-assemblee-nationale-adopte-une-resolution-pour-condamner-la-repression-sanglante-et-meurtriere-des-manifestants-algeriens-par-la-police_6452704.html


.

- Advertisement -