comment les concentrateurs d’oxygène ont renforcé la prise en charge des infections respiratoires à l’Est

0 14

« Les extracteurs d’oxygène ont apporté un grand plus dans la prise en charge de nos patients qui souffrent de diverses affections respiratoires, comme l’asthme et les bronchopneumopathies chroniques obstructives », assure Dr Ange Mboah Mboke, directeur par intérim de l’Hôpital de district de Garoua-Boulaï, à l’Est. Ces patients arrivent généralement à l’hôpital en défaillance respiratoire et ont besoin d’une assistance respiratoire rapide et urgente, selon le médecin. « Ils peuvent maintenant bénéficier de ces soins de manière très rapide, que ce soit au niveau des urgences ou de la maternité où on a souvent des nouveau-nés qui sont en détresse respiratoire ou même des mamans qui ont des anémies sévères », dit-il.
Justin, aujourd’hui âgé de 3 mois, a été sauvé grâce à l’une de ces machines. Le petit garçon est né bleu et avait de la difficulté à respirer à sa venue au monde. Il a été placé sous concentrateur d’oxygène immédiatement après sa naissance. « Après trois jours, on m’a remis mon bébé. Depuis ce jour-là, il se porte bien, il respire sans problème », raconte sa maman, Anna Kola, 42 ans. Ces équipements ont également été une bouffée d’oxygène pour l’hôpital régional de Bertoua, unique formation sanitaire de référence de l’Est. Cet hôpital reçoit de nombreux prématurés et des petits poids de naissance. « Ce qui tue beaucoup plus ces bébés, c’est le froid et l’hypoxie qui est le manque d’oxygène », explique le Dr Valentin Fokouo, conseiller médical dudit hôpital et chef de l’unité de prise en charge Covid-19.
L’hypoxie est en effet la cause la plus fréquente de la mortalité fœtale tardive et de la mortalité néonatale précoce. « Lorsque ces bébés ont la chance d’arriver jusqu’à l’hôpital régional, nous les admettons au service de néonatalogie. Avant la réception des extracteurs d’oxygène dans le service, sur 10 bébés, on pouvait en perdre jusqu’à 6 par manque d’oxygène. Cette moyenne est tombée de 6 à 2 », affirme Dr Fokouo. L’hôpital régional de Bertoua et l’hôpital de district de Garoua-Boulaï ont bénéficié de concentrateurs d’oxygène dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.
Disponibilité de l’oxygène
Ces équipements sont des dotations du gouvernement et de ses partenaires, notamment le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) via son projet pour la prévention et la réponse de Covid-19 financé par l’Agence des États-Unis pour le développement international (Usaid, sigle an anglais). Ce projet, mis en œuvre dans trois régions, vise à réduire les risques du coronavirus et limiter ses effets négatifs parmi les personnes les plus vulnérables. Plusieurs malades de Covid-19 ont été guéris grâce à ces concentrateurs, indispensables dans la prise en charge respiratoire des cas sévères.
« Notre deuxième patient qui a été interné dans notre camp d’isolement faisait une insuffisance respiratoire sévère. On a voulu le référer à Bertoua, mais quelque temps après, nous avons reçu une dotation en concentrateurs d’oxygène. Il a donc été pris en charge sur place. Aujourd’hui, il est guéri et vaque normalement à ses occupations », affirme le directeur par intérim de l’hôpital de district de Garoua-Boulaï. Cette formation sanitaire a été l’un des sites majeurs de réception des cas de Covid-19 dans toute la région.
« Vu la distance qui nous sépare de Bertoua, la capitale régionale qui se trouve à 250 km de notre hôpital, il y avait donc le besoin d’avoir tous les équipements nécessaires pour prendre en charge convenablement tous nos patients. Dès les premiers cas de Covid-19, nous avons eu affaire à des patients qui présentaient déjà des complications graves et sévères », confie Dr Mboah Mboke. Ces concentrateurs d’oxygène étaient destinés au départ aux unités de prise en charge Covid-19. Aujourd’hui, ils ont été redéployés dans d’autres services où les besoins en oxygène sont réels, à l’instar de la maternité et la néonatalogie. Pour renforcer la disponibilité de l’oxygène, des personnels de santé ont été formés à l’utilisation de ces équipements de pointe. Une stratégie qui vise à apporter une solution pérenne à une problématique majeure.
Patricia Ngo Ngouem, de retour de Bertoua
Lire aussi :
Covid-19 : le Cameroun veut doter chaque région d’une centrale de production d’oxygène

Cet article est apparu en premier sur https://www.stopblablacam.com/societe/0510-9460-covid-19-comment-les-concentrateurs-d-oxygene-ont-renforce-la-prise-en-charge-des-infections-respiratoires-a-l-est