Reçue par deux ministres, la délégation de la Banque Mondiale fait son constat sur l’économie algérienne

- Advertisement -

Reçue par deux ministres, la délégation de la Banque Mondiale fait son constat sur l’économie algérienne

La Banque Mondiale (BM) fait un suivi régulier des économies des pays du monde. Cette institution a déjà indiqué en octobre 2023 que l’Algérie avait le potentiel pour diversifier son économie, de réduire sa dépendance des importations et d’augmenter ses exportations hors hydrocarbures, tout en créant des emplois durables dans le secteur privé. Elle a également mis en avant le taux d’inflation qui avait atteint 9,7 %.

Dans le cadre de ses réunions de travail et de suivi, une délégation de la Banque Mondiale s’est rendue en Algérie. Le représentant de BM, Sayed Tauqir Hussain Shah, a rencontré séparément le ministre des Finances Laaziz Faid ainsi que le ministre de l’Énergie et des Mines, Mohamed Arkab.

Suite à la première rencontre, Sayed Tauqir Hussain Shah a mis en avant « la vision de l’Algérie, ses performances et sa réactivité » qui lui ont permis, selon lui, « de maintenir une trajectoire de croissance stable », a indiqué un communiqué du ministère des Finances qui ajoute que le même représentant de la BM a invité l’Algérie à partager son expérience en tant que « leader à la prochaine réunion du caucus africain, dans la mesure où l’ensemble de ses réformes engagées s’alignent parfaitement avec la vision de la Banque Mondiale ».

La Banque Mondiale disponible au transfert du savoir

Lors de cette rencontre, le ministre algérien a exprimé les besoins de l’Algérie, notamment dans les domaines du partage de connaissances, du renforcement des capacités et du soutien technique.

Pour le représentant de la Banque Mondiale, ce genre de rencontres « ouvrent la voie à des transferts de savoir dans des domaines clés où la Banque Mondiale dispose d’un avantage comparatif et d’une expertise avérée, renforçant ainsi les bases d’une coopération entre les deux parties ».

Le ministre algérien des Finances a réaffirmé, de son côté, l’engagement résolu de l’Algérie à avancer « dans un programme de réformes économiques ambitieux ». Des réformes qui ont pour objectif de « promouvoir un développement économique durable et inclusif, centré sur le développement humain ».

Par ailleurs, concernant la rencontre entre le ministre de l’Énergie et des mines et le représentant de la Banque Mondiale, elle « a permis aux deux parties d’explorer les opportunités de coopération bilatérale, notamment en termes d’échange d’expertise et d’appui technique concernant les projets en cours et futurs liés au développement des énergies renouvelables », a indiqué un communiqué du ministère algérien.

« Les deux parties ont mis en avant les efforts de l’Algérie visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre ainsi que les différents projets du secteur en général », souligne encore le communiqué qui met en exergue les efforts fournis par l’Algérie dans l’objectif de sortir de sa dépendance aux hydrocarbures.

Cet article est apparu en premier sur https://econostrum.info/algerie/banque-mondiale-economie-algerienne/


.

- Advertisement -