Le Cameroun rejoint l’alliance mondiale mise sur pied par l’ONU pour lutter contre le Sida infantile

0 38

Onusida, l’Unicef et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) viennent de mettre sur pied une nouvelle alliance mondiale pour mettre fin au Sida infantile d’ici à 2030. Le Cameroun fait partie des douze pays africains qui ont décidé de rejoindre cette alliance. Les autorités camerounaises s’engagent ainsi à réduire le gap qui existe dans la prise en charge entre adultes et enfants.
Le Cameroun n’est pas le seul pays concerné par cette disparité. Les responsables de l’Onusida parlent d’une réalité mondiale. « L’écart important qui existe en matière de traitement entre les enfants et les adultes est un scandale. Grâce à cette alliance, nous allons transformer cette indignation en action », a déclaré Winnie Byanyima, directrice exécutive de l’Onusida.
C’est d’ailleurs pour corriger cette disparité « flagrante » que cette alliance a vu le jour. Pendant les huit prochaines années, les mêmes actions seront menées dans chacun des douze pays pour combler le déficit dans le traitement des adolescentes et des femmes enceintes et allaitantes. Il sera aussi question de prévenir et de détecter les nouvelles infections au VIH chez les adolescentes et les femmes enceintes. Et s’assurer l’accès au dépistage, à un traitement optimisé. Grâce à toutes ces actions, la nouvelle alliance onusienne va sans doute aider le Cameroun à améliorer sa riposte en direction des enfants.
Pour l’instant, c’est surtout la prévalence du Sida chez les adolescents qui a préoccupé Yaoundé. Dans le Plan stratégique national (PSN) 2021-2023 de lutte contre le Sida et les infections sexuellement transmissibles (IST) au Cameroun, la catégorie 15 – 24 ans est présentée comme une cible vulnérable. Selon des chiffres officiels, 30 % de nouvelles contaminations concernent cette tranche d’âge.
En plus de la vulnérabilité, cette tranche d’âge est aussi présentée comme prioritaire dans le PSN. Surtout que les chiffres disponibles montrent que plusieurs adolescents ne sont pas encore touchés par le plan de riposte du gouvernement. Pour preuve, seulement 33 % des garçons et 36 % des filles connaissent les moyens de prévention du VIH, si on en croit la cinquième Enquête démographique et de santé (EDS) menée au Cameroun en 2018.  
Le Cameroun a engagé de multiples actions en direction des jeunes. C’est le cas de l’initiative Vacances sans Sida, une initiative de la première dame Chantal Biya lancée en 2003.
Michel Ange Nga
Lire aussi :
VIH-Sida : les avancées du Cameroun dans la prise en charge sans paiement des frais directs
Le projet « VIHeillir » consacre la gratuité de la prise en charge des comorbidités des personnes âgées vivant avec le VIH

Cet article est apparu en premier sur https://www.stopblablacam.com/societe/1908-9222-le-cameroun-rejoint-l-alliance-mondiale-mise-sur-pied-par-l-onu-pour-lutter-contre-le-sida-infantile