Mohammed Amoura raconte sa jeunesse en Algérie, la Suisse et la découverte du championnat belge: « Moi, fatigué? Jamais! »

- Advertisement -

Mohammed Amoura raconte sa jeunesse en Algérie, la Suisse et la découverte du championnat belge: « Moi, fatigué? Jamais! »

Sa jeunesse en Algérie: « J’habitais dans la montagne »

Son histoire avec le foot a démarré tout petit: « J’ai commencé à jouer dans la rue avec les amis. À 11 ans, j’ai rejoint mon premier club: la police de Jijel, où je suis resté 6 ans avant de passer à la JS Jijel à 17 ans, puis à Sétif, club de D1, à 18 ans. Je n’ai pas suivi de véritable formation; en Algérie, il n’y a pas beaucoup de centres de formation. À 14 ans, après avoir gagné la Coupe d’Algérie, j’ai tenté ma chance à Paradou (NdlR: l’Académie de Jean-Marc Guillou dont l’équipe A est en D1 algérienne), mais ils m’ont refusé… deux fois, même. Je crois que c’était parce que j’étais trop petit. Beaucoup d’amis proches ont été pris, eux. J’en ai pleuré. Un jour, l’équipe première de JS Jijel faisait grève et ils ont appelé les jeunes: j’ai mis un doublé. Ensuite j’ai été appelé en équipe nationale U19 puis Sétif m’a transféré.« 

Amoura est déraciné depuis longtemps, maintenant: « Avec ma famille, nous habitions à la montagne; mon père est agriculteur. Quand je suis parti jouer à Jijel (NdlR: ville située en Petite Kabylie), j’ai été vivre chez mon entraîneur, loin de chez moi. » C’est en partant pour l’Europe qu’il a compris qu’il ferait vraiment carrière.

guillement

À Lugano, on m’appellait ‘Le petit Salah’, ici c’est ‘Momo’ ou ‘Bip Bip’.

Liverpool's Egyptian striker #11 Mohamed Salah celebrates after scoring his team fourth goal during the English League Cup quarter-final football match between Liverpool and West Ham United at Anfield in Liverpool, north west England on December 20, 2023. (Photo by Oli SCARFF / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE. No use with unauthorized audio, video, data, fixture lists, club/league logos or 'live' services. Online in-match use limited to 120 images. An additional 40 images may be used in extra time. No video emulation. Social media in-match use limited to 120 images. An additional 40 images may be used in extra time. No use in betting publications, games or single club/league/player publications. /
L’Egyptien Mohamed Salah est un modèle pour l’attaquant algérien. ©AFP or licensors

Celui qui admire « Son, l’attaquant, de Tottenham, qui est très fort« , a aussi beaucoup de respect pour Mohamed Salah. Lugano avait d’ailleurs espéré faire avec Amoura le même coup que Bâle avec l’avant égyptien en 2012: « Mo Salah fait une carrière magnifique, c’est quelqu’un que je suis beaucoup. Il a franchi des étapes. Et, Inchallah je pourrai faire comme lui. On m’appelait le petit Salah, en Suisse (il rigole). Ici, on m’appelle Momo… ou ‘Bip Bip’. »

Son ascension en Europe: « Quand on vient d’Afrique, on n’a peur de rien »

En trois ans, le jeune joueur a bien grandi: pleinement incorporé au noyau A de Sétif en 2020, il réalise une saison pleine en D1 algérienne à 15 buts (2020-21) avant de faire le grand voyage vers la Suisse, où il passe deux saisons marquées par une victoire en Coupe nationale (2022). « Déjà, je suis très fier de ce que j’ai accompli jusqu’ici. J’étais dans un petit club algérien il y a quatre ans et maintenant je suis titulaire indiscutable ici. J’ai envie de dire aux jeunes joueurs algériens d’y croire. »

Il ne le cache pas, il avait un plan de carrière en tête: « Oui, bien sûr. Tout joueur a un plan et j’avais le mien. Mais je ne m’attendais pas à ce que ça se passe si bien ici en arrivant de Suisse. Je prends les choses étape par étape et Inchallah. »

L’entraîneur me gère bien et sait quand je peux joueur ou non.

Son adaptation à l’Europe n’a pas été compliquée, assure-t-il: « Quand on vient d’Afrique, on n’a pas peur. Le foot est plus physique, là bas. En Europe, c’est sur le plan tactique que c’est plus dur. Cette saison, je n’ai pas de problème de fatigue non plus. L’entraîneur me gère bien, sait quand je peux jouer ou non. Si je me sens parfois fatigué? Non. Jamais! Depuis tout petit, je suis toujours à 100%. C’est la même chose ici en match et à l’entraînement. »

BRUGGE, BELGIUM - SEPTEMBER 24 :  Amoura Mohamed El Amine  forward of Union St-Gilloise celebrates with Blessin Alexander head coach of Union St-Gilloise  during the Jupiler Pro League match between Cercle Brugge and Union St Gilles on September 24, 2023 in Brugge, Belgium, 24/09/2023 ( Photo by Jimmy Bolcina / Photo News
Amoura salue la façon dont Blessin le gère bien. ©JIMMY BOLCINA

Celui qui a été « deuxième meilleur buteur de D1 algérienne » (NdlR: quatrième, en réalité) avec quinze buts, pense-t-il au titre de meilleur buteur? « Oui, j’aimerais le remporter, mais j’ai déjà manqué des matchs en début de saison et j’en raterai encore avec la CAN, donc ce sera compliqué. Mais j’espère revenir de ce tournoi encore plus fort, si Dieu le veut.« 

Le choix de l’Union: « J’ai appelé Zorgane et Kadri »

Cantonné à un rôle de remplaçant à Lugano, l’attaquant de 23 ans avait envie de changer d’air, l’été passé et a eu plusieurs options en mains. « J’ai discuté avec mon agent qui m’a conseillé l’Union. Je ne regrette vraiment pas de l’avoir écouté, même si j’ai eu des contacts avec des clubs français ou d’autres pays. J’ai eu beaucoup de retours positifs sur ce club et le championnat belge. La première chose que j’ai faite quand l’Union m’a contacté, c’est d’appeler Adem Zorgane (Charleroi) et Abdel Kadri (Courtrai). Ils m’ont poussé à choisir le championnat belge et m’ont expliqué pourquoi ils étaient venus ici, que le championnat était très bon et que je pouvais compter sur eux s’il fallait de l’aide. Je leur en suis reconnaissant.« 

guillement

Je compte bien rester à l’Union jusqu’au terme de la saison.

Anderlecht aussi s’est intéressé à Amoura cet été, mais le dilemme ne s’est pas vraiment posé pour le joueur: « Anderlecht était prêt à payer deux millions, ce qui n’était pas assez aux yeux de Lugano, qui avait un prix minimum plus élevé. » Au grand bonheur de l’Union, qui a déposé un peu plus de trois millions sur la table.

Très en vue, Amoura pourrait-il déjà quitter Saint-Gilles en janvier, comme le craignent les plus pessimistes? « Pas d’inquiétude, je resterai avec l’Union toute la saison et je donnerai tout », promet l’intéressé.

Son envie de tout jouer: « À Lugano, je n’ai pas compris pourquoi je n’étais pas titulaire »

Gourmand, il a parfois du mal à accepter d’être remplaçant. À froid, il relativise: « C’est normal de ne pas être titulaire tout de suite quand vous arrivez dans une nouvelle équipe. Au début, je n’avais pas la condition pour commencer les matchs, puis c’est venu. L’entraîneur m’a fait confiance et a senti que c’était le bon moment pour devenir titulaire. C’est vrai que c’est parfois frustrant d’être remplaçant, c’est pour ça que tous les joueurs veulent être titulaires. Au niveau mental, c’est dur d’être à 100%. Vous savez, j’ai vécu ça à Lugano: j’étais remplaçant, je montais au jeu, je marquais… puis je n’étais pas titulaire le match suivant quand même. C’était très dur à vivre.« 

Mohamed AMoura Lugano FC
Amoura sous le maillot de Lugano: 17 buts en 66 matchs. ©FC Lugano

Il était même rarement dans le onze de base, en Suisse, ce qui est compliqué à comprendre vu de Belgique: « Moi non plus, je ne comprends pas pourquoi je n’ai pas plus joué en Suisse », répond-il en rigolant. « Quand vous jouez vingt minutes, que vous marquez et que vous ne jouez pas le match d’après, vous allez parler au coach. Il m’a dit qu’il fallait voir avec le directeur sportif… et quand je demandais au directeur sportif, il me disait que c’était à l’entraîneur de me répondre: ce n’était pas très clair. »

LA CAN et la sélection algérienne: « On a retenu l’expérience de 2022 »

Présélectionné pour la CAN, il fera partie des 23, sauf blessure. Celui qui était resté sur le banc en 2022 à regarder les Fennecs être sortis au premier tour, jouera un rôle nettement plus central, cette fois: « Je me prépare pour ce tournoi. Avec Mahrez et Slimani, on a de quoi gagner cette CAN, Inchallah. On a retenu l’expérience de l’élimination au premier tour de l’année passée. On fera tout ce qu’on peut pour ramener le trophée à l’Algérie. »

Cet article est apparu en premier sur https://www.dhnet.be/sports/football/division-1a/union-saint-gilloise/2023/12/22/mohammed-amoura-raconte-sa-jeunesse-en-algerie-la-suisse-et-la-decouverte-du-championnat-belge-moi-fatigue-jamais-QBHYSTUT3NEZXIXFNNC7TDBEME/


.

- Advertisement -