Covid : empire du « tout à domicile », des plateformes de streaming… la France face à une épidémie de flemme ?

0 19

Covid : empire du « tout à domicile », des plateformes de streaming… la France face à une épidémie de flemme ?

La crise Covid continue d’avoir des conséquences sur la vie des Français. La Fondation Jean-Jaurès et l’Ifop ont publié une étude le 11 novembre dernier portant sur la transformation de nos modes de vie après ces deux dernières années de crise sanitaire, qui révèle que la « flemme » gagne du terrain. Explications.

Exit l’apéro avec les copains le samedi soir, place à la soirée cocooning à la maison. Blotti sous un plaid sur votre canapé, vous enchaînez les épisodes de votre série préférée, après vous être fait livrer une bonne pizza.

Vous avez troqué votre robe à paillettes contre un pyjama pilou-pilou…  Vous êtes sans doute frappé par « l’épidémie de flemme » qui touche actuellement les Français, selon une enquête publiée le 11 novembre par l’institut Jean-Jaurès en partenariat avec l’Ifop.

Baisse de régime chez les jeunes

Depuis le début de la crise sanitaire, 30 % des sondés déclarent être « moins motivés qu’avant », rapporte le sondage. La situation serait d’autant plus virale chez les jeunes et concerne 40 % des 25-34 ans. « Il y a une plus grande vulnérabilité depuis le début du Covid chez la jeune génération », confirme en ce sens Jérémie Peltier, directeur de la * Fondation Jean Jaurès. Et ces récits le prouvent bien.

J’ai toujours été très active voire hyperactive et je ne me reconnais plus depuis 1 mois

Même son de cloche pour * Alexandra, montpelliéraine de 27 ans : « Flemme de faire à manger, de faire le ménage… je n’ai plus aucune motivation ». « Tout est source de fatigue », confie en ce sens Damien* , habitant de Béziers touché par un Covid long

Santé mentale et physique en berne

Crise Covid, guerre en Ukraine, dérèglement climatique, inflation sont venus mettre leur grain de sel dans nos modes de vie. Aujourd’hui, les Français sont plus casaniers. Mais cette sédentarité a de lourdes conséquences sanitaires puisqu’elle contribue à l’augmentation de l’obésité, note l’OMS dans un rapport alarmant : en Europe, près d’un quart des adultes sont désormais obèses. 

Derrière cet état de fatigue se cache aussi une fragilité psychologique grandissante, note Jérémie Peltier, qui explique : « À partir du moment où vous vous rassemblez moins, vous vous mettez à fantasmer la vie d’autrui. Vous ne voyez plus personne, vous vous renfermez sur vous-même et c’est là qu’on commence à rentrer dans une forme de paranoïa ou de détresse psychologique« .

Une employée de Toto, magasin de tissus à Montpellier constate un changement de comportement de ses clients, qu’elle trouve « de plus en plus aigris » depuis la pandémie.

Cette instabilité émotionnelle se traduit notamment par une forte hausse des arrêts maladie en France en 2022 : 42 % des salariés se sont vus prescrire un arrêt maladie cette année, un chiffre plus important qu’avant le Covid.

Les troubles psychologiques et l’épuisement professionnel, principaux motifs des arrêts longs, sont désormais à l’origine de 20 % des arrêts maladie, détaille la Fondation Jean Jaurès.

Le monde du travail en fait les frais

Conséquence : les entreprises subissent de plein fouet cette « paresse générale », et doivent faire face à des salariés plus exigeants. « Il y a une vraie volonté de prendre soin de son temps libre, de son espace intime, plutôt que se donner corps et âme à son activité professionnelle », justifie Jérémie Peltier.

« Durant la pandémie, près de 11 millions de salariés ont été mis en chômage partiel, période au cours de laquelle beaucoup se sont interrogés sur le sens de leur travail », en particulier dans les secteurs peu rémunérés, analyse l’étude de l’Ifop. Sans oublier l’émergence du télétravail qui a profondément bousculé le rapport au travail des Français.

A lire aussi :
Quiet quitting : « Je ne fais plus de cadeau à mon employeur », pourquoi ces salariés ont levé le pied au travail

Une nouvelle économie émerge

En parallèle, l’empire du « tout à domicile » prend de l’ampleur. Les plateformes de livraisons de repas types UberEats ou Deliveroo sont en plein boom. « En 2020, notre activité en France a doublé en 1 an et a triplé en 2 ans (entre le premier trimestre 2020 et le 4ème trimestre 2021) », observe en ce sens Clément Conti, salarié UberEats.

Une enquête de l’Ifop de 2021 le prouve : 52 % des Français ont eu recours à la livraison de repas à domicile au moins une fois dans l’année, dont 23 % au moins une fois par mois cette année-là.

En revanche, si cette séquelle liée au coronavius fait le bonheur des « quicks commerces », elle n’arrange pas les affaires de l’industrie du divertissement. Les plateformes de streaming ont le vent en poupe tandis que les salles de cinéma sont désertées : 29 % des personnes interrogées dans le sondage déclarent « aller moins souvent au cinéma » et 12 % « ne plus y aller du tout ». 

* Les prénoms ont été modifiés 
* La Fondation Jean-Jaurès est une fondation reconnue d’utilité publique créé en 1992 par l’ancien Premier ministre socialiste Pierre Mauroy avec le soutien de la Première ministre Édith Cresson avant la déroute du Parti socialiste aux élections législatives de 1993.

Cet article est apparu en premier sur https://www.midilibre.fr/2022/11/29/empire-du-tout-a-domicile-des-plateformes-de-streaming-depuis-le-covid-la-france-face-a-une-epidemie-de-flemme-10826929.php


.