Cameroun: un réseau de bandits sévit dans la ville de Maroua (Extrême-Nord)

A Maroua et ses environs, on peut se faire agresser même en plein jour (c) Ibrahima Adama/Actucameroun.com

Malgré de nombreux coup de filet de la police, le vol des motos et agressions s’intensifient. Les populations dans le désarroi. 

Il y a recrudescence d’agressions et de vol de moto dans la ville de Maroua depuis le mois de novembre 2018. Pis, ces actes se poursuivent en ce mois de janvier 2019. Dans la nuit du 21 au 22 novembre 2018 aux environs de 19 h, Bernard un enseignant habitant au quartier Dougoï s’est vu agressé par deux individus, sa moto de marque Honda emportée. Mi-décembre, deux motos taximen ont été tués dans la ville.

C’est que, déclarés ou non, des cas sont rapportés çà et là. « Nous ne sommes plus en sécurité. Nous sommes filtré par des bandits, des assassins », crie de colère un habitant de la ville de Maroua. Une recrudescence de vol de moto qui inquiète les syndicats qui déplorent des perturbations de leurs activités.

« En un mois, on a enregistré plus de 15 motos volés ou arrachés. Parfois nos collègues sont tués ou blessés. C’est un coup fatal pour notre activité. Et plusieurs parmi les motos taximen travaillent sous contrat avec des propriétaires. Ces derniers n’acceptent pas que l’engin a été volé. Parfois des jeunes gens sont jetés en prison. Cela affecte notre activité », explique Yaouba, membre d’un syndicat de la place.

Et de poursuivre, « Ces voleurs ciblent les motos neuves ou en bon état de marque Honda et les motos dames. Et ils innovent dans leur stratégie malgré les mesures prises par nos syndicats et les autorités. C’est toujours à l’approche des fêtes de fin d’années qu’ils ressurgissent. »

Lundi dernier à Pitoaré, un expatrié a été suivi par des individus qui ont tenté de l’agresser à l’entrée de son domicile en plein jour. « Je suis allé faire mes courses en ville, deux individus m’ont suivi durant le trajet. Il a fallu que mon gardien et des voisins leurs résistent », raconte l’expatrié résident à Maroua.

Aussi, « les bandits ne lâchent rien dans leurs opérations. Ils arrachent vos objets et tous ce qu’ils trouvent sur vous au point de vous blesser avec diverses armes qu’ils détiennent. Parfois à proximité, il y a des gens mais personne ne vous vient au secours », déplore un habitant victime la semaine dernière.  

Selon plusieurs sources, ces bandits agissent dans les quartiers Dougoï, Kongola, Palar, Doualaré, Louguéo et Ouro Tchédé et Meskine. Au début du mois d’octobre, un vaste réseau de ces bandits qui semait la terreur à Maroua a été appréhendé par les forces de maintien de l’ordre. Malgré ce coup de filet et les patrouillent dans la ville, les bandits font de la résistance.

Si certaines victimes se plaignent dans les services de sécurité, d’autres n’y voient pas l’intérêt. « A Maroua, une moto volée ne peut être retrouvée car ce sont des réseaux qui ont des complicités et des ramifications jusque dans les autres régions et les pays voisins. Il y’a des jeunes qui se sont spécialisés dans ce domaine. Les gens doivent alerter et dénoncer », croit savoir notre source au sein de la police à Maroua qui a requis l’anonymat.

Des mesures sécuritaires sont prises par les autorités pour sécuriser les personnes et leurs biens, mais celles-ci peinent à porter leurs fruits pour l’instant car, les bandits innovent dans leur mode opératoire. Une situation qui rime avec la non-assistance de personnes en danger. Laquelle permet aux malfrats d’opérer parfois en plein jour, sans être inquiété. Un comportement incivique des populations de la ville de Maroua qu’il va falloir changer pour que la lutte contre le grand banditisme soit efficace.

Par Ibrahima Adama à Maroua | Actucameroun.com

Cet article est apparu en premier sur https://actucameroun.com/2019/01/11/cameroun-un-reseau-de-bandits-sevit-dans-la-ville-de-maroua-extreme-nord/