Joseph n’a plus rien au Cameroun: en attente en Tunisie, un œil sur l’Europe

- Advertisement -

Joseph n’a plus rien au Cameroun: en attente en Tunisie, un œil sur l’Europe

Joseph Afumbom est un grand homme qui a fait face à une tragédie inimaginable. Ayant perdu tout et tous ceux qui lui étaient précieux, Joseph est actuellement en Tunisie. Il essaie de maintenir le cap, en attendant de quitter l’Afrique.

Par Simon Speakman Cordall

Le conflit au Cameroun entre les séparatistes anglophones et le gouvernement a tué la mère, le père et les frères et sœurs de cet homme de 27 ans. Il a également emporté son domicile à Bamenda, dans le nord-ouest du pays. «J’étais là quand la guerre a commencé. La guerre a emporté tout le monde», a-t-il déclaré. Il a ajouté : «C’était il y a trois ans. Mes frères et sœurs sont tous partis.»

Avec sa maison et sa famille détruites et aucun emploi disponible, Joseph a estimé qu’il n’avait d’autre choix que de rassembler sa fiancée, Esther, et leur fille de trois ans et de parcourir les 5 000 km (plus de 3 000 miles) par voie terrestre jusqu’à la côte méditerranéenne. Ils sont arrivés en Algérie, où ils ont envisagé de passer par la Tunisie et de là vers l’Europe.

Cependant, la fiancée et la fille de Joseph moururent à El Menia. «Ils sont tous partis à cause du froid, dit-il. C’était le mois dernier.» «J’essaie juste d’agir normalement, vous savez», a-t-il déclaré à Al Jazeera. «Tu vois, je fume. J’oublie mes pensées, j’essaie d’agir comme une personne normale, mais ce n’est pas le cas», ajoute-t-il.

Il fit une pause, permettant à ses pensées de revenir en arrière : «Nous étions ensemble depuis des années. Ma fille avait trois ans. Je l’ai appelée Petite Joie».

Finalement, Joseph a traversé la frontière tunisienne, se dirigeant vers la ville côtière de Sfax avant de prendre des taxis partagés jusqu’à la capitale, Tunis. Il n’a pas mangé pendant deux jours. «Il ne me reste plus rien au Cameroun, dit-il. Je continuerai en Europe si j’en ai l’opportunité.»

Cet article est le troisième d’une série de cinq portraits de réfugiés de différents pays, d’horizons divers, liés par des peurs et des espoirs partagés à l’approche de 2024. Lisez la première et la deuxième parties en anglais sur le site d’Al Jazeera.

Traduit de l’anglais.

Source : Al-Jazeera.

Cet article est apparu en premier sur https://kapitalis.com/tunisie/2024/01/01/joseph-na-plus-rien-au-cameroun-en-attente-en-tunisie-un-oeil-sur-leurope/


.

- Advertisement -