«Pire qu’un déclin, c’est une décadence»

0 12

«Pire qu’un déclin, c’est une décadence»

«La question de l’énergie et du nucléaire est un avatar de la politique de la souveraineté impensée chez le macronisme.» LUDOVIC MARIN / AFP

FIGAROVOX/ENTRETIEN – L’Institut Thomas More vient de publier une note sur la notion de souveraineté. Selon ses auteurs, ce terme, utilisé à tort et à travers, est devenu le paravent de l’impuissance et de l’immobilisme des politiques françaises.

Sébastien Laye est chef d’entreprise et directeur d’études économiques à l’Institut Thomas More.

Jean Sylvestre Montgrenier est l’auteur du Monde vu de Moscou : Dictionnaire géopolitique de la Russie et de l’Eurasie postsoviétique, ainsi que directeur d’études à l’Institut Thomas More.

Cyrille Dalmont est spécialiste des enjeux éthiques du numérique et directeur d’études à l’Institut Thomas More.

Ensemble ils publient une note à l’Institut Thomas More sur la notion de souveraineté.


FIGAROVOX. – La crise énergétique est-elle le symptôme de la perte de souveraineté française ?

Sébastien LAYE. – Depuis deux ans, Emmanuel Macron, après avoir été le chantre de la mondialisation et de la start-up nation, n’a eu de cesse au contraire de vanter les mérites d’une Europe souveraine. Mais cet emploi ad libitum du terme cache une certaine impuissance en la matière. À cet égard, la question de l’énergie et du nucléaire est un avatar de la politique de la souveraineté impensée chez le macronisme

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

La liberté c’est aussi d’aller à la fin d’un débat.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Cet article est apparu en premier sur https://www.lefigaro.fr/vox/politique/souverainete-de-la-france-pire-qu-un-declin-c-est-une-decadence-20221208


.