Un homme d’Enfield qui a poignardé la victime à plusieurs reprises lors d’une «attaque brutale» emprisonné pendant près de 30 ans | Royaume-Uni | Nouvelles

0 12

Un homme d’Enfield qui a poignardé la victime à plusieurs reprises lors d’une «attaque brutale» emprisonné pendant près de 30 ans | Royaume-Uni | Nouvelles

Andrew Marangos a été emprisonné pendant 28 ans après avoir été reconnu coupable de tentative de meurtre et de deux chefs de possession d’une arme offensive dans un lieu public. Maragos a poignardé sa victime, l’a frappé à la tête avec une barre de métal et a claqué ses jambes dans une portière de voiture lors de l’attaque du mardi 11 janvier à Enfield. Le tribunal de la Couronne de Snaresbrook a appris que la victime, un homme dans la soixantaine, avait rencontré Marangos environ huit fois avant l’attaque.

La victime a récupéré Marangos près de son domicile sur Broadlands Avenue avant de se rendre à Swan Way où il s’est arrêté.

Marangos a commencé à fouiller dans ses poches, faisant semblant de chercher de l’argent.

Lorsque la victime a suggéré que l’argent pourrait être dans sa poche supérieure, Marangos l’a frappé à la tête avec une barre de métal, le faisant perdre connaissance.

Marangos a ensuite poignardé l’homme à six reprises, cinq fois dans le cou et une fois dans le poumon droit.

Lorsque la victime a repris connaissance, il s’est rendu compte qu’il était grièvement blessé mais ne savait pas qu’il avait été poignardé jusqu’à ce que la police le lui dise.

La police métropolitaine a déclaré que Marangos criait « où est-ce », tentant de voler sa victime.

Dans le but d’obtenir de l’aide, la victime a klaxonné alors que Marangos courait du côté du conducteur et lui a demandé où se trouvaient les drogues.

Essayant d’attirer l’attention d’un passant, la victime a dit à Marangos de bien regarder dans le coffre pendant qu’il sortait ses jambes de la voiture et criait à l’aide.

Marangos s’est précipité du côté du conducteur et a enfoncé la portière contre les jambes de la victime à plusieurs reprises.

LIRE LA SUITE: La famille Harry Dunn réagit à la nouvelle que le conducteur américain n’assistera pas à la condamnation

La victime a demandé à Marangos comment il allait s’en tirer, et il a répondu : « ne t’inquiète pas, tu ne vas pas être là ». La victime a débattu de l’opportunité de dire à son agresseur où se trouvaient les drogues, mais il pensait que Marangos l’assassinerait dès qu’il aurait les drogues en sa possession.

Marangos a alors pris la fuite tandis qu’un passant aidait la victime et appelait les secours.

La victime a été transportée d’urgence à l’hôpital avec des blessures potentiellement mortelles et a subi une intervention chirurgicale d’urgence où sa jambe a dû être amputée.

Les détectives ont parlé avec la victime et il a dit aux policiers que son agresseur s’appelait « Andy » – mais qu’il ne connaissait pas son nom complet.

Les agents ont examiné le téléphone de la victime et identifié Marangos comme le suspect.

D’autres images de vidéosurveillance examinées par des agents montraient des Marangos dans un supermarché une heure seulement après l’attaque, achetant calmement de l’alcool et des analgésiques.

Les agents ont également établi que le téléphone portable de Marangos avait été jeté ou éteint immédiatement après l’attaque et n’avait pas été utilisé depuis, dans le but de brouiller ses pistes.

À la suite de la condamnation, l’inspecteur-détective Paul Ridley du CID de la région nord de la police métropolitaine a décrit Mangaros comme « un individu très dangereux et un risque aigu pour le public ».

Il a ajouté: « Il avait clairement l’intention de tuer la victime, illustré par la force brutale et soutenue qu’il a utilisée, armé de deux armes dangereuses et le laissant pour mort. »

Marangos a été emprisonné pendant 28 ans et doit purger les deux tiers de sa peine et ne peut être libéré sans l’autorisation de la commission des libérations conditionnelles.

Cet article est apparu en premier en ANGLAIS sur https://www.express.co.uk/news/uk/1706340/Enfield-stabbing-Andrew-Marangos-attack-metropolitan-police-jailed


.