ces pays africains qui, avant le Maroc, ont joué en quarts de finale d’un Mondial

0 25

ces pays africains qui, avant le Maroc, ont joué en quarts de finale d’un Mondial

« Historique », « merveilleux », « incroyable » : les superlatifs ne manquent pas pour qualifier la victoire surprise du Maroc, tombeur de l’Espagne en huitièmes de finale de la Coupe du monde de football mardi. Une victoire au bout du suspens, au terme d’une séance de tirs aux buts. Jamais les Lions de l’Atlas n’avaient atteint un niveau aussi avancé dans la compétition. Par ailleurs, le Maroc est seulement le quatrième pays africain à se qualifier pour les quarts de finale, qu’il jouera face au Portugal samedi. Retour sur ses prédécesseurs.




10 min

Le Cameroun en 1990

En 1990, pour sa deuxième participation en Coupe du Monde, le Cameroun signe la première surprise du tournoi en battant les tenants du titre, les Argentins de Diego Maradona (1-0). C’est François Omam-Biyik qui marque d’un but de la tête, allant chercher la balle à près de trois mètres de hauteur. Une 66e minute 

restée dans les annales. Les Lions indomptables terminent premiers de leur groupe, après une victoire contre la Roumanie (2-1) et une défaite contre l’URSS (0-4).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.


En huitièmes de finale, face à la Colombie favorite, il faudra attendre la 106ème minute pour débloquer le compteur. Le vétéran Roger Milla, 38 ans, autre héros du Cameroun, inscrit alors deux buts en quelques minutes. Il dribble deux adversaires et trompe le gardien d’une frappe croisée du pied gauche. Trois minutes plus tard, il subtilise le ballon au gardien sorti de la surface de réparation et loge la balle dans les filets.

C’est donc la première fois de l’histoire que l’Afrique est représentée en quarts de finale. Un succès historique qui a marqué l’histoire du pays, se souvient François Omam-Biyik

auprès de la Nouvelle République en 2020 : « Le pays n’était pas stable. Le contexte politique et social était tendu, avec des troubles et des contestations au niveau des élections. Mais notre épopée a réuni le peuple camerounais. Tout le monde s’est apaisé et a rangé sa colère durant cette Coupe du monde ».

En quarts de finale, l’Angleterre met fin à leur belle aventure (défaite 3-2). À égalité (2-2) au terme du temps réglementaire, les Britanniques l’emportent sur un penalty dans les prolongations.

Le Sénégal en 2002

En 2002, le Sénégal se fait remarquer d’entrée de jeu en battant la France, championne du monde sortante, en phase de poule (1-0), grâce à un but du milieu de terrain Papa Bouba Diop. Il fait ensuite match nul contre le Danemark (1-1) et l’Uruguay (3-3). Deuxième de son groupe, l’équipe sénégalaise parvient, pour la première fois de son histoire, à se qualifier en phase finale.

Les Lions de la Téranga affrontent la Suède en huitième de finale. Le Sénégalais Henri Camara, devenu depuis une légende dans son pays, égalise d’abord grâce à un contrôle poitrine suivi d’un dribble et d’une impressionnante frappe croisée qui transperce la défense. Il marque un deuxième but, un « but en or », à la 104ème minute, dans les prolongations. Cette règle, qui n’existe plus aujourd’hui, stipulait qu’en cas de match nul, la première équipe qui marquait dans les prolongations l’emportait.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.


Cette règle sera fatale à la sélection sénégalaise lors du match suivant, face à la Turquie. Le joueur turc İlhan Mansız marque à la 94ème minute, alors qu’aucun but n’avait été inscrit à la fin du temps réglementaire. Une frappe qui met fin au match et qui élimine le Sénégal du Mondial.

Le Ghana en 2010

Pour sa deuxième participation en Coupe du monde, le Ghana finit deuxième de son groupe de poule. « Les Blacks Stars » commencent par l’emporter face à la Serbie, avec un but du joueur du Stade rennais Asamoah Gyan. Le même joueur inscrit ensuite le but du match nul face à l’Australie.

En huitièmes de finale face aux États-Unis, Kevin-Prince Boateng, le milieu de terrain bi-national, qui a finalement renoncé à jouer avec la sélection allemande, inscrit le but dans les premières minutes. Après l’égalisation des États-Unis, Asamoah Gyan, inscrit son troisième but de la compétition dans les prolongations : un contrôle de la poitrine suivi d’un lob par-dessus le portier américain. Il propulse ainsi son équipe en quarts de finale.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.


En quarts, les Ghanéens subissent une cruelle défaite face à l’Uruguay (1-1/t.a.b 4-2), qui restera un traumatisme pour le pays. Lors de la rencontre, l’attaquant uruguayen Luis Suarez arrête grossièrement un ballon sur la ligne de but avec une main volontaire. Ce geste lui vaut une exclusion et permet au Ghana de tirer un penalty, que Asamoah Gyan rate. L’Uruguay finit par l’emporter aux tirs aux buts.



Cet article est apparu en premier sur https://www.radiofrance.fr/franceinter/cameroun-senegal-ghana-ces-pays-africains-qui-avant-le-maroc-ont-joue-en-quarts-de-finale-d-un-mondial-2395490


.