Nous DEVONS quitter la Cour européenne des droits de l’homme car elle n’est pas adaptée à notre objectif – COMMENTAIRE | Exprimer un commentaire | Commentaire

0 27

Nous DEVONS quitter la Cour européenne des droits de l’homme car elle n’est pas adaptée à notre objectif – COMMENTAIRE | Exprimer un commentaire | Commentaire

Lors de la conférence des conservateurs, la ministre de l’Intérieur, Suella Braverman, a déclaré qu’un obstacle majeur à la gestion de cette crise était l’ingérence de la Cour européenne des droits de l’homme, qui avait ordonné au gouvernement de Sa Majesté de suspendre les vols vers le Rwanda. En vertu de la législation actuelle, il a le pouvoir de passer outre à notre droit souverain de contrôler nos propres frontières. Mme Braverman avait alors recommandé au Royaume-Uni de quitter la CEDH.

Depuis lors, elle semble s’être plutôt concentrée sur la conclusion d’un accord avec les Français. Sur la forme passée, cela ne semble pas être une ligne d’action très prometteuse.

Nous pouvons demander, qu’est-ce qui empêche HMG de légiférer pour annuler notre participation à la CEDH, et retrouver notre souveraineté également dans le domaine des droits de l’homme ?

Nous n’étions pas autorisés à le faire tant que nous étions membres de l’UE. Mais maintenant nous sommes libérés de l’UE.

L’obstacle est sûrement la cinquantaine d’ONG qui, avec le soutien sans réserve d’une grande partie des médias, manifestent une opposition totale à la sortie de la CEDH, sous le slogan « HMG veut supprimer les droits de l’homme ». Si ce slogan devait rester dans l’esprit des gens, il donnerait certainement une mauvaise image du parti conservateur, sans cœur et cruel.

Mais la Convention européenne des droits de l’homme est-elle vraiment l’alpha et l’oméga des droits de l’homme, comme on l’a généralement supposé ?

Nous devons aller au-delà des réactions instinctives et regarder de plus près. Il y a trois arguments qui n’ont pas encore été déployés – des «outils» que Marco Longhi, et Suella Braverman elle-même, pourraient trouver utiles.

a) Nous quittons la CEDH parce qu’elle est défectueuse – elle ne fait même pas ce qu’elle dit sur la boîte. Il ne défend pas réellement nos droits humains, en particulier l’habeas corpus. Il existe une liste abondante, trop longue pour être incluse ici, de la façon dont cette Cour a rendu des décisions qui sont tout à fait absurdes.
Je ne donne ici qu’un exemple que la plupart des gens ignorent – la Cour a établi qu’il est « raisonnable » au regard de l’article 6 de maintenir un suspect en prison sans audience publique pendant cinq ans avant le procès et le verdict, car « la détention a pour but de faciliter l’enquête préliminaire » (oui ! Verbatim. Voir l’affaire historique de Luciano Ferrari-Bravo contre l’Italie – il a finalement été déclaré non coupable).

b) Nous quittons la CEDH parce qu’elle nous soumet aux décisions finales d’une Cour composée de représentants politiques de 47 États européens, dont certains ont des antécédents très douteux en matière de droits de l’homme.
Il est intolérable pour le Royaume-Uni, qui a d’abord inventé l’idée même des droits de l’homme avec la Magna Carta il y a 800 ans, et s’est battu pour les maintenir seuls face à l’ensemble de l’Europe en 1940-41, que des « juges européens » nous disent maintenant ce que nos « droits de l’homme » devraient et ne devraient pas l’être.

c) Nous quittons la CEDH non pas pour « mettre au rebut les droits de l’homme », mais parce que la CEDH n’est pas adaptée à son objectif déclaré, et à sa place, nous prendrons la bien meilleure Déclaration universelle des droits de l’homme comme référence internationale – elle pourrait être inclus dans le projet de loi de réforme de la HRA pour remplacer la référence à la CEDH. L’application de la DUDH sera alors jugée par nos propres tribunaux, et non par un tribunal étranger composé de juges qui ne partagent pas nos traditions juridiques.

  • Torquil Erikson est membre du Groupe de Bruges et journaliste juridique spécialisé dans la procédure pénale comparée. Il est l’auteur de La Constitution européenne contre la Constitution britannique qui a une préface de Nigel Farage.

Cet article est apparu en premier en ANGLAIS sur https://www.express.co.uk/comment/expresscomment/1705650/uk-quit-european-court-of-human-rights-illegal-immgration-into-Britain


.