« Il n’avait plus qu’un pied » : les révélations de Laurent Ruquier sur les derniers jours de Robert Lamoureux

0 7

« Il n’avait plus qu’un pied » : les révélations de Laurent Ruquier sur les derniers jours de Robert Lamoureux

Sur RTL ce vendredi 2 décembre, Laurent Ruquier a évoqué les derniers jours de Robert Lamoureux. Une fin de vie particulièrement difficile pour cette figure emblématique du music-hall.

« Mon fils s’est lancé dans la méditation, c’est déjà mieux que de rester assis à ne rien faire. » La boutade qui ouvrait Les Grosses Têtes ce vendredi 2 décembre était l’oeuvre de l’un des pères du stand-up, Robert Lamoureux. Plus cabaretier que chansonnier, l’artiste vénéré par Jean-Marie Bigardselon Steevy Boulay, a profondément marqué la culture populaire française. Celui en qui Le Soir voyait et « inconditionnel de la bonne humeur » multipliait les casquettes : acteur, humoriste, dramaturge, réalisateur, parolier, scénariste. Quand ses pièces de théâtre ne « colonisaient » pas les murs de Paris, ses ritournelles tournaient en boucle sur les ondes. Les Français se souviendront longtemps de sa chanson-sketch « Papa, maman, la bonne et moi » enregistrée en 1950. « 36 métiers, 36 petites misères« , comme le résumera Robert Lamoureux qui triomphera sur grand écran dans les années 70, réalisant le cultissime Mais où est donc passée la septième compagnie ? (1973) et ses deux suites. Une belle carrière à laquelle mettra un point final sa mort survenue le 29 octobre 2011 des suites d’un coma.

Au micro de RTL dans Les Grosses Têtes, Laurent Ruquier évoque cette grande figure du music-hall avec un brin de nostalgie dans la voix : « Je l’ai croisé une fois ou deux de son vivant. C’était aussi un grand auteur de théâtre de boulevard. Il a écrit de nombreuses pièces. Moi hélas quand je l’ai rencontré il n’avait plus qu’un pied. » S’il avait atteint les 90 ans, Robert Lamoureux menait alors une fin de vie particulièrement compliquée. Isolé dans son appartement parisien, l’artiste aux multiples talents ne pouvait plus se déplacer qu’en fauteuil roulant, ses deux pieds ayants été amputés à cause d’une méchante gangrène. Pour « tenir le coup », Lamoureux se plaisait à raconter les souvenirs du passé à ses visiteurs, leur réservant ces fameux bons mots dont il avait le secret. Un goût pour la farce transmis de génération en génération. « Tout ce qu’on a pu voir avec Coluche ou avec Bigard aujourd’hui procède de lui« , témoignait ainsi Frédéric Mitterand dans les colonnes du Soir en 2011. Au terme de sa vie, Robert Lamoureux ne reconnaissait pourtant plus ses héritiers. « Le comique aujourd’hui est plus cruel que de mon temps. Le langage est plus cru, et du même coup plus dru et plus drôle. Notre génération avait, je crois, plus de tendresse… » Robert Lamoureux a laissé derrière lui quatre enfants nés de deux mariages différents.

Cette émission que refuse de regarder Laurent Ruquier

Depuis son départ de France 2, Laurent Ruquier s’est fait une place sur Paris Première où il anime chaque mercredi soir Club Première, une émission qui lui permet de ne plus travailler le week-end. Il y a encore un peu plus d’un an, le compagnon de Hugo Manos passait ses samedis soirs sur le plateau d’On est en direct. Après avoir été remplacé par Léa Salamé et son émission Quelle époque, Laurent Ruquier semble avoir eu du mal à tourner la page, au point de se refuser à regarder le programme de sa consoeur sur France 2. « Je ne la boycotte pas« , certifie l’animateur dans les colonnes de Voici. Mais comme les journalistes veulent absolument que je dise des vacheries dessus et que je n’ai pas envie de le faire, je ne regarde pas. » Ses samedis soirs, Laurent Ruquier les passe désormais à regarder des matchs de football et des films, voire à lire « parce que c’est la seule activité qui oblige à poser son portable« . La fin d’On est en direct semble même avoir été une bénédiction pour le présentateur des Grosses Têtes. « Je récupère les week-endsauxquels j’ai dû renoncer ces deux dernières années« , confiait Laurent Ruquier à Magazine télévisé en novembre dernier.

Cet article est apparu en premier sur https://www.closermag.fr/people/il-n-avait-plus-qu-un-pied-les-revelations-de-laurent-ruquier-sur-les-derniers-jours-de-robert-lamoureux-1672797


.