Biden jure de parler au despote Poutine face à face uniquement s’il met fin à la guerre amère en Ukraine | Monde | Nouvelles

0 13

Biden jure de parler au despote Poutine face à face uniquement s’il met fin à la guerre amère en Ukraine | Monde | Nouvelles

Le président américain a déclaré qu’il était prêt à entendre ce que le despote russe est « prêt à faire » pour mettre fin à l’effusion de sang. Mais il a insisté sur le fait qu’il ne rencontrerait Poutine qu’avec la bénédiction de ses alliés de l’OTAN.

« Il n’y a qu’une seule façon de mettre fin à cette guerre – la manière rationnelle », a-t-il dit. . »

S’exprimant à la Maison Blanche après des entretiens avec son homologue français Emmanuel Macron, M. Biden a ajouté : « Le fait est que je n’ai pas l’intention dans l’immédiat de contacter M. Poutine ».

Le président américain a alors déclaré qu’il « choisirait ses mots avec soin ».

Il a déclaré: « Je suis prêt à parler avec M. Poutine, s’il y a en fait un intérêt à ce qu’il décide qu’il cherche un moyen de mettre fin à la guerre. Il ne l’a pas encore fait.

« Si tel est le cas, en consultation avec mes amis français et de l’OTAN, je serai heureux de m’asseoir avec Poutine et de voir ce qu’il a en tête. Il ne l’a pas encore fait. »

Cependant, le porte-parole de Poutine, Dmitri Peskov, a déclaré que Moscou n’était certainement pas prêt à accepter les conditions américaines : « Qu’a dit le président Biden en fait ? Il a dit que les négociations ne seraient possibles qu’après le départ de Poutine de l’Ukraine ».

Cela a compliqué la recherche d’une base mutuelle pour les pourparlers, a-t-il dit, que les États-Unis n’ont pas reconnu de « nouveaux territoires » en Ukraine, que la Russie a illégalement revendiqués comme les siens fin septembre.

Le président Macron a clairement indiqué qu’il avait convenu avec M. Biden qu’ils n’exhorteraient jamais les Ukrainiens à faire un compromis « qui ne sera pas acceptable pour eux ».

Le chancelier allemand Olaf Scholz a également exhorté Poutine à trouver une solution diplomatique au conflit « incluant un retrait des troupes russes ».

Cela vient alors que les détails du bilan horrible que la guerre fait peser sur les forces ukrainiennes, avec jusqu’à 13 000 soldats tués jusqu’à présent.

Le conseiller présidentiel Mykhailo Podolyak a déclaré: « Nous avons des chiffres officiels de l’état-major, nous avons des chiffres officiels du commandement supérieur, et ils s’élèvent à (entre) 10 000 et 12 500 à 13 000 tués.

« Nous parlons ouvertement du nombre de morts », a-t-il ajouté, affirmant que plus de soldats avaient été blessés que morts.

Le mois dernier, le plus haut général américain a estimé que l’armée russe avait vu plus de 100 000 de ses soldats tués et blessés en Ukraine, et a ajouté que les forces armées de Kyiv avaient « probablement » subi un nombre similaire de pertes.

Oleksiy Arestovych, un autre conseiller de Volodymyr Zelenskyy, a affirmé mercredi que le nombre de morts en Russie était environ sept fois supérieur à celui de l’Ukraine.

Pendant ce temps, l’Agence internationale de l’énergie atomique espère parvenir à un accord avec la Russie et l’Ukraine pour créer une zone de protection à la centrale nucléaire de Zaporizhzhia d’ici la fin de l’année.

La centrale nucléaire, la plus grande d’Europe, fournissait environ un cinquième de l’électricité de l’Ukraine avant l’invasion russe et a été forcée de fonctionner à plusieurs reprises avec des générateurs de secours.

Les bombardements répétés autour de l’usine russe ont soulevé des inquiétudes quant au potentiel d’un grave accident à seulement 300 miles du site du pire accident nucléaire au monde, la catastrophe de Tchernobyl en 1986.

« Mon engagement est de trouver une solution dans les plus brefs délais. J’espère d’ici la fin de l’année », a déclaré Rafael Grossi, le chef de l’organisme de surveillance atomique de l’ONU.

Cet article est apparu en premier en ANGLAIS sur https://www.express.co.uk/news/world/1704563/joe-biden-peace-talks-vladimir-putin-ukraine-war


.