Les taux d’expulsion de criminels étrangers atteignent un niveau record alors que le ministère de l’Intérieur lutte contre les défis | Royaume-Uni | Nouvelles

0 9

Les taux d’expulsion de criminels étrangers atteignent un niveau record alors que le ministère de l’Intérieur lutte contre les défis | Royaume-Uni | Nouvelles

Le taux de criminels étrangers dangereux expulsés est tombé à un niveau record en même temps que le nombre de ces criminels libérés de prison atteint un nouveau sommet, selon des rapports. Selon le ministère de l’Intérieur, le nombre de criminels étrangers et de délinquants de l’immigration de catégorie A les plus dangereux expulsés au cours de la dernière année a chuté de 18% à 885.

Les infractions de catégorie A comprennent des crimes tels que le meurtre, le viol, les délits sexuels et le trafic de drogue.

Le ministère de l’Intérieur a commencé à compiler les chiffres en 2013, lorsque le nombre s’élevait à 2 205 avant d’atteindre son pic de 2 555 en 2016.

Les dossiers officiels ont également révélé qu’un nombre record de près de 12 000 criminels étrangers ont été libérés cette année, avec 11 769 délinquants étrangers qui avaient été libérés mais non expulsés à la fin du mois de septembre.

Cela représente une augmentation de plus de 800 en un an, alors que ce nombre était inférieur à 4 000 il y a dix ans.

Tous sont passibles d’expulsion parce qu’ils ont été condamnés à des peines de prison d’au moins 12 mois, cependant, ils ont plaidé avec succès leur cause pour un droit à la vie en Grande-Bretagne devant un tribunal.

Le gouvernement a tenté à quelques reprises d’expulser des criminels étrangers par le biais de vols d’éloignement, mais seuls sept sur 112 étaient à bord d’un vol vers la Jamaïque plus tôt cette année.

Certaines contestations judiciaires ont été lancées par des groupes de défense des droits de l’homme, que le ministère de l’Intérieur a rejetées comme « sans fondement ».

LIRE LA SUITE: Les députés conservateurs exhortent Sunak à modifier la loi sur l’esclavage pour atténuer la crise des petits bateaux

Le secrétaire à la Justice, Dominic Raab, propose d’utiliser sa déclaration britannique des droits pour lutter contre de telles contestations en vertu de l’article 8 de la CEDH.

Cet article démontre le droit à une vie familiale ou privée et est utilisé avec succès dans environ sept plaintes sur dix contre l’expulsion.

Le nouveau projet de loi donnera aux ministres le pouvoir de limiter les circonstances dans lesquelles le droit des délinquants à une vie familiale l’emporterait sur les préoccupations de sécurité publique.

Un criminel devrait prouver qu’un enfant ou une personne à charge subirait un « préjudice écrasant et inévitable » s’il était expulsé.

Express.co.uk a contacté le ministère de l’Intérieur pour commentaires.

Cet article est apparu en premier en ANGLAIS sur https://www.express.co.uk/news/uk/1702758/foreign-criminal-deportation-home-office-asylum-seekers-rwanda-ont


.