Sommet de l’UE: les dirigeants se préparent à un grand effondrement alors que la crise de l’énergie paralyse le bloc | Politique | Nouvelles

0 13

Un conscrit russe dans la région de Belgorod dit que les hommes « protestent »

Les dirigeants, réunis à Prague pour des pourparlers informels, sont peu susceptibles de proposer des mesures concrètes, ont déclaré des responsables, mais devraient dire à leurs ministres de l’énergie et des finances laquelle des différentes solutions disponibles poursuivre. Trouver une solution est difficile car les 27 UE pays ont des besoins énergétiques, des fournisseurs et des marchés énergétiques différents – ce qui signifie que la baisse russe l’approvisionnement en gaz et le bond qui en résulte énergie les prix ont frappé certains pays plus durement que d’autres.

Quinze pays de l’UE souhaitent un plafonnement des prix du gaz, mais ne s’entendent pas sur les détails de la manière dont cela devrait être fait. L’Allemagne, les Pays-Bas et le Danemark s’opposent au plafonnement des prix, craignant qu’une telle mesure ne perturbe le marché et ne leur rende difficile l’achat du gaz dont ils ont besoin pour faire fonctionner leur pays.

La Commission européenne présentera plusieurs options parmi lesquelles choisir, y compris un plafond de prix sur le gaz utilisé pour produire de l’électricité et un plafond de prix temporaire plus large tandis que Bruxelles travaille sur une nouvelle référence pour les prix du gaz pour remplacer la facilité de transfert de titre néerlandaise qui est devenue extrêmement volatile au milieu la forte réduction de l’approvisionnement en gaz russe.

Les affrontements prévus étaient déjà évidents lorsque les dirigeants sont arrivés pour leur réunion au château de Prague, le chancelier autrichien Karl Nehammer appelant la Commission européenne à « se ressaisir » sur le seul paquet de 200 milliards d’euros de l’Allemagne pour résoudre la crise énergétique.

L’Allemagne a fait sourciller en annonçant le programme de soutien massif pour ses entreprises et ses ménages, éclipsant l’aide annoncée par d’autres grandes économies de l’UE – 67 milliards d’euros dans le cas de la France et 68 milliards d’euros en Italie.

LIRE LA SUITE: Biden met en garde contre le risque mondial d' »Armageddon » nucléaire « Poutine ne plaisante pas »

présidente de la commission européenne ursula von der leyen

Les dirigeants de l’UE débattront de la crise énergétique à Prague (Image : GETTY)

Karl Nehammer austra chancelier prague

Karl Nehammer a déclaré que la Commission européenne devait « se ressaisir » (Image : CONSEIL EUROPÉEN)

M. Nehammer a déclaré aux journalistes: « C’est un signal d’alarme pour la Commission européenne. Si la Commission ne se ressaisit pas, les États-nations commenceront à s’aider eux-mêmes, et c’est ce que nous voyons en ce moment. »

Mais le Premier ministre belge Alexander De Croo a défendu la décision de l’Allemagne en faisant valoir que les États membres ne peuvent agir de manière indépendante qu’en l’absence d’une mesure commune de l’UE.

Il a déclaré: « De gros programmes de soutien (nationaux) sont nécessaires aujourd’hui car il n’y a pas de solution européenne commune. Nous ne pouvions pas simplement laisser les gens faire face au froid.

« Mais la vraie solution est que nous agissions ensemble sur le marché et alors ces gros packages de soutien (nationaux) ne seront plus nécessaires. »

Les dirigeants devraient également discuter de l’aide militaire et économique fournie à l’Ukraine pour répondre aux attaques de la Russie.

Le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a poussé le bloc des 27 nations à allouer plus d’argent pour payer le soutien militaire de l’Ukraine.

« Je demanderai aux dirigeants de soutenir la proposition d’une nouvelle tranche pour la Facilité européenne de paix afin de continuer à fournir un soutien militaire à l’Ukraine, ainsi qu’à la mission de formation », a déclaré M. Borrell aux journalistes à son arrivée à Prague.

A NE PAS MANQUER :
Poutine va perdre 15 000 soldats alors que l’armée est forcée de se rendre, selon un expert [INSIGHT]
Les forces ukrainiennes équipées de roquettes mortelles Himars [VIDEO]
Le Royaume-Uni a demandé l’absence de drapeaux de l’UE lors de la réunion de la Communauté européenne à Prague [ANALYSIS]

Josep Borrell, chef de la politique étrangère de l'UE

Sommet de l’UE: Josep Borrell a appelé les nations à dépenser davantage pour le soutien militaire de l’Ukraine (Image : CONSEIL EUROPÉEN)

Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a mis en garde contre les conséquences d’un plafonnement des prix par l’Europe à son arrivée au sommet de l’UE.

« La mise en place d’un plafonnement des prix n’est pas la seule chose », a-t-il déclaré.

« Parce qu’après, peut-être que nous ne pourrons pas avoir d’énergie. Alors, peut-être que nous aurons un prix plafond mais pas d’énergie. »

« Nous devons faire très attention aux décisions que nous prenons, qui sonnent bien sur le papier, mais dont les conséquences peuvent être problématiques », a-t-il ajouté.

L’Occident doit construire une forte dissuasion dans son soutien à l’Ukraine pour s’assurer que la Russie ne veut pas risquer d’étendre la guerre, a déclaré le président lituanien Gitanas Nauseda.

« Nous devons construire des moyens de dissuasion très crédibles que le régime du Kremlin ne veut pas tester notre capacité à réagir », a-t-il déclaré.

« Nous devons être forts et ne pas nous laisser (être) manipulés car le régime du Kremlin est très bon dans ce domaine », a ajouté Nauseda.

Le président américain Joe Biden a déclaré plus tôt que la menace du président russe Vladimir Poutine d’utiliser des armes nucléaires était la plus grande menace de ce type depuis la crise des missiles de Cuba, alors que les dirigeants militaires russes faisaient face à une rare réaction publique intérieure à propos de la guerre en Ukraine.

xavier bettell premier ministre luxembourgeois

Xavier Bettell dit qu’un plafonnement des prix du gaz ne peut pas être « pas la seule chose » (Image : CONSEIL EUROPÉEN)

Le Premier ministre letton Krisjanis Karins a déclaré vendredi qu’il souhaitait qu’un plafonnement des prix soit décidé au niveau européen, une question qui a divisé les pays européens au cours des dernières semaines.

« Un plafonnement des prix du gaz, si cela pouvait être atteint, serait grandiose. Avec la mise en garde que nous ne pouvons pas mettre en danger la sécurité des approvisionnements, nous ne pouvons pas fixer le prix de sorte que personne ne vende de gaz en Europe », a-t-il déclaré aux journalistes sur son arrivée à Prague.

« Mais si au niveau européen, cela pouvait être organisé de manière à ce que le gaz continue de circuler et que les prix restent bas, c’est l’objectif », a ajouté M. Karins. La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a laissé entendre plus tôt qu’elle était optimiste quant à la possibilité d’atteindre un accord dans les prochaines semaines, rappelant qu’aucune décision ne serait prise ce vendredi.

« Les États membres sont prêts maintenant à discuter des plafonds de prix (…) où et comment seront discutés, donc je suis convaincue que nous arriverons à une bonne conclusion », a-t-elle déclaré à son arrivée au sommet.

« Il n’y aura pas de décisions aujourd’hui (…) c’est un premier pas », a-t-elle ajouté.

Reportage supplémentaire de Monika Pallenberg



Cet article est apparu en premier en ANGLAIS sur https://www.express.co.uk/news/politics/1679535/eu-summit-prague-energy-crisis-russia-gas-price-cap