des frais de scolarité de plusieurs lycées volés par de « faux » agents d’Express Union

0 35

Dans une correspondance adressée le 5 octobre au ministre des Enseignements secondaires (Minesec), l’établissement de microfinance Express Union alerte sur une arnaque commise en son nom auprès de divers établissements scolaires et ayant abouti à l’arrestation de sept personnes à Yaoundé. « Nous sommes victimes d’une usurpation de notre label par des individus mal intentionnés qui ont confectionné des chasubles semblables aux nôtres, qui rôdent autour des lycées et procèdent aux encaissements des contributions exigibles auprès des élèves et parents », écrit Chares Nghoguo, le directeur général de cette société camerounaise spécialisée dans l’envoi d’argent.
Ces « faux » agents auraient ainsi détourné les frais de scolarité et d’examens de plusieurs lycées de la capitale. Le montant de cette escroquerie n’a cependant pas été communiqué. La société, qui précise que le pot aux roses a été découvert le 29 septembre dernier, affirme que les présumés faussaires étaient dotés d’outils de travail (téléphone, imprimante, cachets) et délivraient des reçus sur lesquels figurent le logo d’Express Union. Ils ont été interpelés par des éléments de la Division régionale de la Police judiciaire (DRPJ) du Centre, lors d’une descente dans les lycées d’Ekounou, de Ngoa-Ekellé, de Nkolondom et de Charles Atangana, peut-on lire dans ladite correspondance.
« Les interpellations se poursuivent et l’enquête ouverte est pendante à la DRPJ Centre », selon le DG d’Express Union. Ce dernier assure que des « mesures conservatoires » ont été prises en interne pour mettre un terme à cette escroquerie. En l’occurrence : la sensibilisation des proviseurs, élèves et parents d’élèves, la sensibilisation « massive » du personnel d’Express Union pour plus de vigilance face au phénomène, ainsi que la descente dans d’autres lycées de Yaoundé « pour éventuellement interpeler les potentiels faussaires ». Il ne dit toutefois pas qu’est-ce qui est prévu pour réparer le préjudice causé aux parents et élèves.
« Si vous avez eu à effectuer des opérations et que vous n’avez pas la confirmation que les fonds sont dans les caisses du Minesec, vous déposez une requête adressée au directeur général dans une agence Express Union. Une correspondance vous sera envoyée », confient des sources au sein de la société, déroulant simplement la procédure à suivre. Depuis le 17 août, parents, tuteurs et élèves sont invités à s’acquitter des contributions exigibles par voie électronique auprès de l’opérateur de leur choix. Express Union fait partie des six opérateurs retenus par le Minesec pour cette opération pour le compte de l’année scolaire 2022-2023. Ce système de paiement digital est opérationnel depuis 5 ans. Il a été mis en place afin d’assurer la traçabilité et de sécuriser les recettes publiques. 
P.N.N

Cet article est apparu en premier sur https://www.stopblablacam.com/societe/0710-9470-yaounde-des-frais-de-scolarite-de-plusieurs-lycees-voles-par-de-faux-agents-d-express-union