Le plan de Liz Truss pour sécuriser plus de gaz pour le Royaume-Uni pourrait forcer le Premier ministre à emprunter des milliards de plus | Politique | Nouvelles

0 14

premier ministre Liz Truss a déclaré que son gouvernement envisageait à long terme énergie contrats avec d’autres pays, mais n’avait encore signé aucun accord. Interrogée par des journalistes si elle envisageait d’acheter du gaz norvégien, Mme Truss a déclaré: « Nous allons progresser sur notre propre sécurité énergétique … Mais nous envisageons des contrats énergétiques à long terme avec d’autres pays car en plus de nous assurer que nous avons un bon prix, la sécurité énergétique est d’une importance vitale. »

Elle a ajouté: « Aucun accord n’a été signé. »

Interrogé pour plus de détails sur la stratégie britannique, un porte-parole du gouvernement a déclaré: « Le nouveau groupe de travail sur l’approvisionnement en énergie a entamé des négociations avec des fournisseurs nationaux et internationaux pour convenir de contrats à long terme afin de réduire le prix qu’ils facturent pour l’énergie et d’augmenter la résilience énergétique du Royaume-Uni. »

De plus amples détails sur les négociations seront confirmés en temps voulu, a ajouté le porte-parole.

Bloomberg News a rapporté mardi que la Grande-Bretagne était en pourparlers avec la Norvège pour obtenir un contrat de gaz naturel d’une durée potentielle de 20 ans afin de se prémunir contre les pannes d’électricité hivernales.

Le ministère norvégien du pétrole et de l’énergie a posé des questions sur un accord potentiel avec la Grande-Bretagne aux sociétés énergétiques.

Un représentant du ministère a déclaré: « Il n’y a pas eu de discussions entre les autorités norvégiennes et britanniques concernant la vente de gaz. »

Equinor, qui gère environ 70 à 80% des ventes de gaz norvégien, a refusé de commenter les « spéculations du marché ».

Cette décision pourrait coûter des milliards à la Grande-Bretagne – ce qui pourrait effrayer les marchés après un début déjà difficile de la politique économique de Liz Truss.

Le Premier ministre devrait dire que la « perturbation » de ses plans de relance de l’économie du pays en vaudra la peine alors qu’elle se bat pour sauver son poste de Premier ministre après seulement un mois de travail.

Mme Truss insistera sur le fait qu’il ne peut plus y avoir de « dérive et de retard » dans les efforts visant à stimuler la croissance économique dans son premier discours de conférence conservateur en tant que leader.

LIRE LA SUITE: Le Premier ministre défendra un plan économique pour un « avenir meilleur »

Elle défendra sa « nouvelle approche » qui permettra de « libérer tout le potentiel de notre grand pays ».

Mais le Premier ministre sera confronté à une tâche difficile pour restaurer le moral des conservateurs après une conférence qui a vu un revirement sur une politique fiscale totémique, la dissidence du Cabinet et la menace d’une autre scission majeure sur le niveau des prestations.

L’ancienne ministre du Cabinet, Grant Shapps, a averti qu’elle n’avait qu’un peu plus d’une semaine pour sauver son leadership, tandis qu’un autre membre de l’équipe dirigeante de Boris Johnson, Nadine Dorries, a déclaré qu’elle n’appelait pas à des élections immédiates car « nous la perdrions absolument ».

Mme Dorries avait précédemment suggéré à Mme Truss de se rendre dans le pays si elle voulait un mandat pour son programme de réduction d’impôts et d’emprunts élevés.

La Première ministre, qui n’a été élue à la tête des conservateurs que le 5 septembre, dira aux militants de Birmingham qu’elle espère créer une « nouvelle Grande-Bretagne pour une nouvelle ère », avec une stratégie pro-croissance sans vergogne – même si tout le monde n’y sera pas favorable de ses méthodes.

A NE PAS MANQUER :
L’ex-POTUS Donald Trump fait l’éloge de Liz Truss pour son mini-budget de réduction d’impôts [VIDEO]
La « musique d’ambiance » change avec l’accord commercial post-Brexit de l’Irlande du Nord [INSIGHT]
Liz Truss demande la fin des luttes intestines avec les conservateurs alors qu’elle pousse à la croissance [ANALYSIS]

Mme Truss dira : « Pendant trop longtemps, notre économie n’a pas augmenté aussi fortement qu’elle aurait dû le faire.

« Pendant trop longtemps, le débat politique a été dominé par la façon dont nous distribuons un gâteau économique limité. Au lieu de cela, nous devons faire grossir le gâteau afin que chacun reçoive une plus grande part.

« C’est pourquoi je suis déterminé à adopter une nouvelle approche et à nous sortir de ce cycle d’imposition élevée et de faible croissance. C’est l’objet de notre plan : faire croître notre économie et reconstruire la Grande-Bretagne par la réforme. »

Parallèlement aux mesures visant à stimuler la croissance, la Première ministre insistera sur le fait qu’elle gardera une emprise de fer sur les finances du pays, avec un État plus maigre offrant une valeur pour l’argent des contribuables.

Elle dira : « C’est un grand pays. Mais je sais que nous pouvons faire mieux et nous devons faire mieux.

« Nous avons d’énormes talents à travers le pays. Nous n’en faisons pas assez. Pour y parvenir, nous devons faire bouger la Grande-Bretagne. Nous ne pouvons plus avoir de dérive et de retard en cette période vitale. »



Cet article est apparu en premier en ANGLAIS sur https://www.express.co.uk/news/politics/1678415/liz-truss-uk-gas-supplies-norway-uk-economy-conservative-party-conference