Noël Le Graët : « Il saute sur tout ce qui bouge », le président de la FFF accusé par d’ex-salariées

0 16

Selon les révélations parues dans le magazine So Foot jeudi 8 septembre 2022, plusieurs anciennes salariées de la Fédération Française de Football ont mis en cause le comportement déplacé de son Président, Noël Le Graët.

Alors que l’équipe de France de football doit défendre son titre de champion du monde d’ici seulement quelques semaines lors de la Coupe du monde 2022 au Qatar, la préparation des hommes de Didier Deschamps s’annonce extrêmement compliquée. Tout d’abord, de nombreux cadres de l’équipe de France, comme par exemple Paul Pogba, sont actuellement blesséset non pas pu participer au dernier rassemblement des Bleu. Des absences qui ont clairement eu un impact sur les résultats des dernières rencontres, notamment durant la Ligue des Nations. De plus, Didier Deschamps va devoir composer avec le scandale qui touche actuellement la Fédération Française de Football (FFF).

En effet, dans son édition parue le jeudi 8 septembre 2022, le magazine Alors pied a publié différents témoignages d’anciennes salariées de la FFF. Ces dernières, qui ont choisi de conserver l’anonymat, ont notamment mis en cause le comportement déplacé du président de la FFF, Noël Le Graët. « Venez chez moi pour dîner ce soir », « je préfère les blondes, donc si ça vous dit », « vous êtes drôlement bien roulée, je vous mettrais bien dans mon lit », a écrit la patron du football français dans ses SMS envoyés à d’anciennes employées, que Alors pied a pu consulter. « C’est bien simple, il saute sur tout ce qui bouge« , a affirmé une ancienne salariée dans les colonnes du magazine. Apparemment, il semblerait que plusieurs femmes ont démissionné de la FFF ces dernières années, car elles se sentaient « harcelées sexuellement, mais aussi moralement« .

La FFF condamnée « pour manquement à son obligation en matière de lutte contre des agissements de harcèlement sexuel » par le passé

Selon les informations de Alors pied, le sexisme serait « élevé au rang d’art » à la FFF, alors qu’un séminaire sur la question de l’humour sexiste avait pourtant été organisé en 2016. Pour rappel, le conseil des prud’hommes de Paris avait condamné la FFF à verser 10.000 euros de dommages et intérêts en octobre 2021, dans le cadre d’une affaire judicaire l’opposant à une ancienne salariée. Cette dernière accusait un cadre de la fédération de harcèlement sexuel. Au final, les juges avaient décidé de condamner la FFF pour « manquement à son obligation en matière de lutte contre des agissements de harcèlement sexuel« . Cette condamnation fut attribuée au directeur financier de la fédération, Marc Varin, à l’égard de la plaignante.

Cette dernière accusait notamment son supérieur hiérarchique d’avoir tenté de lui arracher un baiser à deux reprisesfin 2017 et durant la Coupe du monde 2018. Elle a également fait état de « regards insistants », de « remarques quotidiennes », mais aussi « d’observations absolument déplacées ». À l’époque, la direction de la FFF avait adressé un simple « rappel à l’ordre » à son directeur financier. En parallèle, la fédération avait mis en place une formation « anti-harcèlement«  au sein de son siège, situé sur le boulevard de Grenelle à Paris. Suite aux révélations publiées par Alors piedle journaliste Romain Molina a lui aussi dévoilé certaines informations compromettantes sur la fédération quelques jours plus tard.

À propos de l’auteur

Clément Machetto

Cet article est apparu en premier sur https://www.closermag.fr/people/noel-le-graet-il-saute-sur-tout-ce-qui-bouge-le-president-de-la-fff-accuse-par-d-ex-salariees-1656382