l’extrême pauvreté pourrait augmenter de 24 % d’ici 20 ans, à cause de la pandémie du Covid-19 (rapport)

0 23

Entre 2019 et 2043, le nombre de personnes vivant avec un revenu journalier inférieur à 3,20 dollars, un peu plus de 2 000 FCFA, considéré depuis 2017 par la Banque mondiale comme le seuil d’extrême pauvreté pour les pays à revenu intermédiaire, va augmenter au Cameroun.
Pour bien illustrer ces prévisions sur l’avancée de l’extrême pauvreté au Cameroun, ISS Africa rappelle que 11,3 millions de personnes vivaient dans l’extrême pauvreté en 2019. En 2043, ce chiffre va augmenter pour se fixer à 14 millions. En d’autres termes, 2,7 millions de personnes supplémentaires gagneront moins de 3,20 dollars par jour dans 20 ans, projette le think tank sud-africain ISS Africa, l’auteur de cette projection. Soit une hausse de 23,9 %. Pour ce cercle de réflexion, il est indéniable que cette hausse est l’une des conséquences des effets néfastes de la pandémie de la Covid-19.
On apprend aussi que cette extrême pauvreté va continuer de toucher les populations rurales, les jeunes et les femmes. Autre information disponible dans le rapport publié par le think tank sud-africain : « le taux d’extrême pauvreté au Cameroun sera de 8,1 points de pourcentage inférieur à la moyenne projetée de 38,3 % dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure en Afrique ».
ISS Africa a été créé avec le souci d’améliorer la sécurité humaine pour parvenir à une paix et une prospérité durables. Pour cette raison, ce think tank développe sans cesse les connaissances et les compétences qui assureront l’avenir de l’Afrique. Son récent rapport dresse justement un vaste échantillon des perspectives socioéconomiques et politiques des pays africains.  
M.A.N
Lire aussi :
Agriculture : le Cameroun pourrait surpasser ses pairs africains en autosuffisance alimentaire d’ici 2043 (rapport)

Cet article est apparu en premier sur https://www.stopblablacam.com/societe/2809-9429-cameroun-l-extreme-pauvrete-pourrait-augmenter-de-24-d-ici-20-ans-a-cause-de-la-pandemie-du-covid-19-rapport