VOICI POURQUOI FAIRE DE L’EXERCICE EST BON POUR VOS BACTÉRIES INTESTINALES

1 139

VOICI POURQUOI FAIRE DE L’EXERCICE EST BON POUR VOS BACTÉRIES INTESTINALES

 

Le riche microbiote qui s’épanouit en nous peut jouer un rôle beaucoup plus important dans la façon dont l’exercice améliore notre santé qu’on ne le pensait auparavant.

Nos tripes grouillent de vie. Environ 100 billions de bactéries, virus, champignons et autres organismes unicellulaires tels que les archées et les protozoaires se bousculent pour trouver de l’espace et de la nourriture dans notre tractus gastro-intestinal.

Leurs rôles varient d’aider à fermenter les fibres alimentaires de nos repas,à synthétiser des vitamines et à réguler notre métabolisme des graisses. Ils aident également à nous protéger des envahisseurs indésirables, interagissent avec notre système immunitaire et influencent l’étendue de l’inflammation dans nos intestins et ailleurs dans notre corps.

Une plus faible diversité de ces résidents intestinaux a été observée chez les patients souffrant d’obésité, de maladies cardiométaboliques ainsi que de maladies auto-immunes. Certaines maladies ont été associées à trop ou trop peu d’espèces particulières de bactéries dans notre intestin. Des niveaux inférieurs à la normale de l’une des bactéries les plus abondantes dans les intestins des adultes en bonne santé, une bactérie en forme de bâtonnet appelée Faecalibacterium prausnitzii , ont été associées à des maladies inflammatoires.

De nombreux facteurs – y compris nos gènes, les types de médicaments que nous prenons, le stress auquel nous sommes soumis, si nous fumons et ce que nous mangeons – peuvent tous interagir pour modifier l’équilibre des micro-organismes dans notre intestin. La composition de cette communauté interne est en effet très dynamique.

Mais tout comme de simples choix de mode de vie peuvent altérer nos microbes intestinaux, nous pouvons faire des choix qui les aideront à s’épanouir de manière plus saine. Une alimentation variée composée de plus de 30 aliments végétaux différents par semaine peut aider. Une bonne nuit de sommeil et un niveau de stress moins élevé peuvent également être bénéfiques. Etonnamment, passer du temps dans la nature pourrait également avoir un effet positif.

Il est peut-être encore plus surprenant, cependant, que l’exercice puisse également influencer nos bactéries intestinales. Bien que nous sachions tous à quel point l’exercice est bénéfique pour notre santé physique et mentale, un jogging après le travail pourrait-il également être exactement ce dont nous avons besoin pour garder nos microbes intestinaux en forme ?

« L’exercice semble affecter nos microbes intestinaux, en augmentant les communautés bactériennes qui produisent des acides gras à chaîne courte (AGCC) », déclare Jeffrey Woods, professeur de kinésiologie et de santé communautaire à l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign et qui étudie les effets d’exercice sur le corps humain.

« Les acides gras à chaîne courte sont un type d’acides gras qui sont principalement produits par des microbes et il a été démontré qu’ils modifient notre métabolisme, notre immunité et d’autres processus physiologiques », ajoute Jacob Allen, professeur adjoint de physiologie de l’exercice à l’Université d’Illionis qui travaille aux côtés de Woods.

Au cours des 10 dernières années, la recherche sur les animaux et les humains a permis de révéler à quel point ce lien entre l’exercice et les changements dans la communauté microbienne intestinale est puissant. Plus important encore, cela a mis en lumière la manière dont cela pourrait réellement nous être bénéfique.

Certains des premiers indices peuvent être trouvés dans les études sur les animaux. Les souris, par exemple, qui étaient autorisées à courir volontairement sur une roue quand elles le voulaient, se sont avérées avoir un nombre significativement inférieur d’une bactérie particulière appelée Turicibacter.

La présence de ces bactéries est associée à un risque accru de maladie intestinale, expliquent Woods et Allen, qui ont dirigé l’étude. Les souris qui étaient sédentaires ou qui recevaient de légers coups de pouce pour les encourager à courir avaient un nombre beaucoup plus élevé de ces bactéries. (On pense que forcer les souris à courir a causé un stress chronique aux animaux qui peut contrecarrer les bienfaits de l’exercice.)

Les microbes intestinaux chez les rats semblent également bénéficier de la course volontaire sur une roue. Les chercheurs ont découvert que l’exercice semble également conduire à des niveaux plus élevés d’un acide gras particulier à chaîne courte appelé butyrate, qui est produit par des bactéries dans l’intestin par la fermentation des fibres et a été associé à de nombreux avantages pour la santé. Le butyrate lui-même joue un certain nombre de rôles dans le corps -c’est le principal carburant de nos cellules intestinales, il aide à contrôler la fonction de barrière intestinale et régule l’inflammation et les cellules immunitaires de notre intestin.

Le microbe intestinal Faecalibacterium prausnitzii est considéré comme l’une des principales bactéries responsables de la production de butyrate. Les bactéries productrices de butyrate ont été associées à des effets bénéfiques sur le métabolisme chez les souris et les humains . En particulier, la réduction du nombre de Faecalibacterium prausnitzii a été liée aux maladies inflammatoires de l’intestin, sa présence étant nécessaire pour les actions anti-inflammatoires.

VOICI COMMENT PERDRE DU VENTRE SANS FAIRE DU SPORT

Cet article est apparu en premier  sur : https://www.afriquefemme.com