Il s’appelle le SMPO, il est rare et touche les hommes après l’orgasme. Explication.

1 22

Il s’appelle le SMPO, il est rare et touche les hommes après l’orgasme. Explication.

 

Il s’appelle le SMPO, il est rare et touche les hommes après l’orgasme. Explication.

Il arrive qu’après avoir eu un orgasmecertains hommes développent des symptômes physiques et cognitifs, qui durent entre 2 et 7 jours. On appelle cela le « syndrome de la maladie post-orgasmique », comme l’explique le Centre d’urologie Prado-Louvain. Rare, la maladie a été recensée pour la première fois en 2002, et 52 fois en tout dans la littérature scientifique, d’après les chiffres de 2017 publiés par Urofrance.

Juste après l’acte sexuel, l’homme développe des symptômes allant de simples céphalées à un état de torpeur. Ils sont aussi décrits sous forme d’un état grippal, de fatigue, de démangeaisons nasales et/ou oculaires, de problèmes face à la concentration, mais aussi des troubles de l’humeur, des soucis de mémorisation. Le SPMO peut se manifester dès la puberté.

UNE MALADIE BÉNIGNE MAIS HANDICAPANTE

« L’étiologie du SMPO est discutée : origine psychosomatique, troubles hormonaux, désordre du système sérotoninergique et adrénergique ont été proposés ainsi qu’une défaillance immuno-allergologique avec une auto-allergie au liquide séminal », note Urofrance.

Mais l’explication la plus probable est qu’il s’agirait d’une « dysrégulation transitoire du système nerveux autonome déclenchée par l’éjaculation« , d’autant que l’on sait déjà que l’éjaculation déclenche une augmentation de l’activité sympathique et libère de la noradrénaline. La maladie est peu connue, on sait simplement qu’elle est bénigne. Lorsqu’on effectue des examens médicaux, rien d’anormal n’apparaît…

Pour la prendre en charge, il n’existe actuellement que des méthodes palliatives, décrites par un chirurgien urologue, du type : antalgiques, psychotropes, anti-inflammatoires. Sans certitude que ces derniers soient complètement efficaces.

Sources : Centre d’urologie Prado Louvain, Urofrance.

Découvrez si vous êtes en bonne santé sexuelle

Cet article est apparu en premier  sur : https://www.topsante.com