Plus de 74 mille décès dus aux maladies non transmissibles (OMS) au Cameroun depuis 2022

0 9

Le rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) intitulé « Suivi des progrès dans la lutte contre les maladies non transmissibles 2022 » révèle que ces maladies sont la principale cause de mortalité et qu’elles sont responsables de 74 % des décès dans le monde. Au Cameroun, c’est 38 % des décès qui sont dus aux maladies non transmissibles (MNT) depuis le début de cette année, soit 74 100 personnes en tout.
« Le présent rapport fournit pour chaque pays des informations concernant la réalisation des indicateurs de suivi des progrès dans la lutte contre les MNT », expliquent les auteurs. Qui ont pris soin de publier une fiche d’évaluation pour chacun des 194 pays membres de l’OMS.
La fiche du Cameroun indique que les autorités ont « fixé des cibles nationales assorties de délais sur la base des orientations de l’OMS ». Sauf que le Cameroun est encore loin d’avoir atteint les objectifs mentionnés dans son « plan d’action multisectoriel opérationnel ». Il était essentiellement question de réduire les effets des facteurs de risque clés identifiés par l’OMS : « le tabagisme, une mauvaise alimentation, l’absence d’exercice physique, et l’usage nocif de l’alcool, qui à leur tour entraînent surpoids et obésité, hypertension, hypercholestérolémie, et finalement la maladie ».
En ce qui concerne le tabac, le Cameroun n’est pas encore parvenu, selon l’OMS, à réduire l’accessibilité des cigarettes en augmentant les droits d’accise et des prix. De même, le pays peine à lancer des campagnes médiatiques d’envergure pour avertir le grand public sur les dangers du tabac. L’OMS fait néanmoins savoir que le Cameroun a fait des efforts pour ce qui est de l’interdiction de la publicité en faveur du tabac.
Ce qui n’est pas le cas de la restriction de la publicité en faveur de l’alcool. Dans la lutte contre la mauvaise alimentation, le Cameroun peine encore à adopter des politiques nationales afin de réduire la consommation du sel, du sodium et des acides gras saturés. Ce qui laisse penser que le Cameroun est encore loin de contenir les conséquences des MNT dans la population.
Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’OMS, prévient toutefois que « le chemin à parcourir pour venir à bout des MNT est long ». Il est convaincu que le moment est venu d’agir aux niveaux national et local afin « de garantir un avenir sain à des millions de personnes ».
Depuis 2017, l’OMS a élaboré dix indicateurs pour suivre les progrès réalisés par chaque pays dans la lutte contre les MNT, dont les plus connues sont le diabète, les cancers, les maladies cardiovasculaires et les affections chroniques des voies respiratoires. Dans le dernier rapport de l’OMS sur les MNT, paru en 2020, la fiche du Cameroun indiquait que ces maladies étaient responsables de 35 % de décès.
Michel Ange Nga

Cet article est apparu en premier sur https://www.stopblablacam.com/societe/1509-9357-plus-de-74-mille-deces-dus-aux-maladies-non-transmissibles-oms-au-cameroun-depuis-2022