Le Minsanté intensifie sa campagne contre les faux médicaments et les produits blanchissants

0 15

Des médicaments, des produits cosmétiques et des compléments alimentaires viennent d’être saisis au marché Mokolo, l’une des plus grandes places marchandes à Yaoundé. Cette saisie s’inscrit dans le cadre d’une campagne d’assainissement du marché du médicament et des produits blanchissants pour la peau menée par le ministère de la Santé publique (Minsanté), avec l’appui de la gendarmerie nationale. Cette opération, en cours depuis quelques jours dans les régions du Centre, de l’Est, du Littoral et de l’Ouest, devrait s’étendre aux autres régions du pays, apprend-on. L’objectif est de saisir les produits illicites et nocifs, mais également de sensibiliser sur leurs dangers à l’effet de protéger la santé des populations.
« Nous voulons vraiment lancer un appel à nos populations pour leur dire que la consommation des faux produits entraîne beaucoup de dégâts tant sur le plan sanitaire, économique, social et même sécuritaire. Sur le plan sanitaire, nous voyons une recrudescence des insuffisances hépatiques, cardiaques, rénales. Nous voyons beaucoup d’intoxications, d’accidents cardio-vasculaires », a déclaré l’inspecteur général des services pharmaceutiques et des laboratoires au Minsanté, Solange Kouakap.
En 2019, le ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie, avait effectué une descente inopinée au marché Mokolo et dans d’autres espaces commerciaux de la capitale pour sensibiliser les vendeurs des médicaments de la rue, avant la répression. « Cela fait trois ans, les habitudes n’ont pas changé. Donc, nous sommes descendus ce matin pour dire stop aux médicaments de la rue et aux produits cosmétiques dangereux », affirme cette responsable du Minsanté, dans une vidéo diffusée lundi 12 septembre sur la page Facebook de ce département ministériel.
« Nous souhaitons, avec cette opération, montrer que l’autorité a pris le taureau par les cornes et que nous sommes déterminés à éradiquer ce fléau », s’est réjoui le président de l’Ordre national des pharmaciens du Cameroun (ONPC), Franck Nana. Cette campagne intervient au lendemain de la décision du Minsanté interdisant l’importation, la fabrication et la distribution de certaines substances entrant dans la composition des produits cosmétiques et d’hygiène corporelle. Il s’agit de l’hydroquinone et ses dérivés, le mercure et ses dérivés ainsi que les corticoïdes.
La publicité et la commercialisation de ces produits sont également interdites, selon la décision ministérielle du 19 août dernier. Ces substances, selon les professionnels de la santé, sont nocives pour la santé et sont à l’origine des maladies en pleine recrudescence comme le diabète, le cancer et l’hypertension artérielle. Le 2 septembre, Manaouda Malachie a rendu publique la liste des compléments alimentaires, boissons diététiques et substituts du lait maternel ayant obtenu une « autorisation de mise en consommation humaine » au Cameroun. Il en a profité pour inviter les promoteurs et les distributeurs de ces produits « non agréés » à se conformer à la réglementation en vigueur, sous peine de sanctions prévues à cet effet.
P.N.N
Lire aussi :
Au Cameroun, un reportage ravive le débat sur la dépigmentation
Lutte contre les faux médicaments : le Minsanté accuse les autres ministères de ne pas faire leur travail

Cet article est apparu en premier sur https://www.stopblablacam.com/societe/1409-9351-le-minsante-intensifie-sa-campagne-contre-les-faux-medicaments-et-les-produits-blanchissants