« Je ne peux pas admirer quelqu’un qui hait les Juifs » : Gérard Darmon détruit Jean-Luc Godard

0 12

Invité de C à vous, notamment pour la pièce de théâtre qu’il joue au Edouard VII, Gérard Darmon a été invité par Anne-Elisabeth Lemoine à s’exprimer sur Jean-Luc Godard, ce qu’il a fait sans détour.

Au détour de la séquence « vu » qui avait fait une place aux hommages rendus au cinéaste français Jean-Luc Godard, décédé ce 13 septembre, Anne-Elisabeth Lemoine a sollicité Gérard Darmon invité de l’émission pour évoquer sa dernière pièce de théâtre où, dès le 27 septembre, il donne la réplique à Clotilde Courault et Max Boublil « Une situation délicate ». « Vous vouliez dire un mot sur Jean-Luc Godard ?« Pas spécialement » a démarré le comédien, manifestement sur la réserve au sujet du réalisateur du « Mépris. » « J’ai peur d’être à contre-courant en m’exprimant sur ce Monsieur qui était le cinéaste qu’il était, ce n’était pas ma tasse de thé, mais c’est surtout l’homme qu’il était qui n’a pas été très bienveillant pour ma communauté, pour les Juifs en général et pour Israël en particulier. »

Gérard Darmon « Je trouve que les propos qu’il a tenus étaient absolument inadmissibles »

Parti sur sa lancée, et vu qu’il n’était pas interrompu, Gérard Darmon a poursuivi et n’a pas pris de détour pour expliquer le fond de sa pensée à propos de Jean-Luc Godard. « Je trouve que les propos qu’il a tenus étaient absolument inadmissibles, c’était de l’antisémtisme, c’était du négationnisme, c’était du révisionnisme. Je pense que j’ai été plus touché par la disparition de la reine Elizabeth que par Jean-Luc Godard, pardonnez-moi, mais je ne peux pas admirer quelqu’un qui hait à ce point-là les juifs, ce n’est pas possible. »

Gérard Darmon a expliqué son propos, sans jamais se départir de son calme. « Paix à son âme, mais ce n’est pas quelqu’un que j’apprécie, que j’aime. […] C’est tout ce que je peux dire sur lui, je n’ai pas aimé la façon dont il a traité le peuple juif et Israël. Je n’ai pas aimé cette façon qu’il a eue de revoir l’histoire. Qu’il ait ses idées, qu’il soit pro-palestinien, c’est bien, et moi je suis pour d’une certaine façon aussi. Mais pas dire que « les juifs de la Shoah s’étaient faits tuer exprès comme des moutons pour que trois ans après on reconnaisse Israël »et quand je pense que certains adhèrent à ce genre de propos, pardonnez-moi, mais je trouve ça honteux. »

Gérard Darmon « le ver était dans le fruit »

Patrick Cohen, qui a consenti que le réalisateur avait « une part d’ombre qui n’avait pas souvent été évoquée » sauf dans la nécrologie du Monde et de Libération, a souhaité remettre dans leur contexte les propos de Jean-Luc Godard « c’est aussi lié à une période de sa vie, c’est la fin des années 60 début 70, quand il fait partie du groupe Vertov » a-t-il précisé « 2006a rebondi Gérard Darmon, le ver était dans le fruit, a-t-il conclu, moi je veux bien mais… »avant de sourire, ému. « Eh bien voilà, c’est dit » a quant à elle refermé le sujet, Anne-Elisabeth Lemoine avant de poursuivre ses questions concernant son invité qui a une fois de plusfait preuve de sincérité, de franchise et d’une grande émotion.