Meghan Markle : “Ce que je veux…”, cette mise en garde lourde de sous-entendus à la famille royale

0 15

Plus libre que jamais, dans la vie et dans le ton, Meghan Markle a accordé une interview au magazine américain « Cut »dans laquelle elle s’affirme, et démontre toute la force dont elle se sent capable.

Si la vie sous pavillon Windsor a été difficile à appréhender pour l’actrice américaine, le départ de Meghan Markle et du Prince Harry de leurs fonctions royales et de Grande-Bretagne semble avoir conféré à la mère de Lilibet et Archie un nouveau souffle de liberté. Dans son interview à Cut, elle a rappelé qu’elle savait tenir sa langue, si elle le souhaitait.

Meghan Markle « J’ai vraiment fait un effort actif, surtout en sachant que je peux dire ce que je veux »

Après avoir annoncé son grand retour sur Instagramnon sans avoir égratigné le protocole de la couronne d’Angleterre qui publiait les photos de ses enfants avant même qu’elle ait pu dire un mot,Meghan Markle a profité de l’interview pour parler totalement librement au magazine américain « Cut ». « C’est intéressant, je n’ai jamais eu à signer quoi que ce soit qui m’empêche de parler » a-t-elle ainsi révélé à la journaliste Allison P Davis. Je peux parler de toute mon expérience et faire le choix de ne pas le faire. » Voilà qui donne le ton.

Devenue mère de famille comblée, avec ses deux enfants Archie et Lilibetheureuse épouse et alliée du Prince-Harryavec lequel elle ne forme plus qu’un, femme d’affaires avertie avec le lancement de son podcast Archétypesil ne restait qu’une chose à savoir pour la duchesse de Sussex : avait-elle pardonné tant à sa famille qu’à sa royale belle-famille. Sa réponse est lourde de sous-entendus tout en étant suffisamment limpide pour que la famille royale se sente dans le viseur. « Je pense que le pardon est vraiment important. Il faut beaucoup plus d’énergie pour ne pas pardonner »a-t-elle indiqué avant de surenchérir « Mais il faut beaucoup d’efforts pour pardonner. J’ai vraiment fait un effort actif, surtout en sachant que je peux dire ce que je veux. » Clair comme de l’eau de roche, les Windsor sont désormais prévenus !