“Elle n’était plus grand chose à mes yeux” : comment la mort de Lady Di a coûté sa place à Bruno Masure

0 12

Le 31 août 1997 est une date marquante notamment pour les fans de la Princesse Diana, mais aussi pour les journalistes ayant dû couvrir le drame, dont Bruno Masure à qui il a coûté sa place.

Quand la nouvelle est tombée ce 31 août 1997, toutes les rédactions étaient en effervescence en France, notamment à Paris où avait eu lieu le terrible accident qui a coûté la vie à la Princesse Diana. Bien qu’elle ne fasse plus partie de la famille royale britannique, Lady Di demeurait un personnage public important dans l’esprit de nombre d’habitants du globe. Ce n’était manifestement pas le cas du journaliste Bruno Masure qui s’en souvient comme si c’était hier.

Bruno Masure : »Pour moi, il s’agissait d’un non-événement, guère plus qu’un fait-divers »

jenterviewé par Télé-Loisirs sur cette folle journée du 31 août 1997, l’ancienne vedette du JT de 20 heures de France 2 en a encore un goût amer. « Ce 31 août 1997… C’est moi qui aurait dû présenter le 13 h, en plus du 20 h ! C’était prévu comme cela. Mais, lorsque je me suis présenté à la rédaction le matin, mon nom avait disparu du tableau de service. On m’avait remplacé… » Et pour cause : selon le journaliste, sa réaction à l’appel l’informant du décès de la Princesse Diana alors qu’il était de permanence a sans doute été la cause de cette éviction. »Je dormais du sommeil du juste, quand j’ai reçu un coup de fil d’une assistante de la rédaction m’informant du décès de la Princesse. J’étais de permanence. J’ai répondu qu’il s’agissait d’une bien triste nouvelle… et j’ai raccroché » explique-t-il, avant de poursuivre « Pour moi, il s’agissait d’un non-événement, guère plus qu’un fait-divers. Diana n’était pas sur la liste de succession de la famille royale d’Angleterre. Elle n’était plus grand chose à mes yeux. J’en ai sans doute un peu rajouté dans la mauvaise foi… »

Pour celui qui présentait le 20h ce soir-là, il s’agissait ni plus ni moins du pire JT de sa carrière. « Journalistiquement, a-t-il poursuivi, j’ai été honteux de ce qu’on a mis à l’antenne ce jour-là. Je me souviens de la tête d’Arlette Chabot, alors directrice de l’information. Quand je l’ai croisée dans les couloirs, elle paraissait aussi dévastée que si elle avait appris le décès d’un proche. J’ai trouvé ça vraiment too much. Le pire JT de ma carrière. » Le 2 octobre suivant, Bruno Masure était remercié et c’est Daniel Bilalian qui a repris totalement la case JT de 13h et 20h. Pour lui ça ne fait aucun doute, c’est cet événément qui a causé sa place. « J’étais de moins en moins d’accord avec la façon dont on traitait l’information. Je sentais bien que j’étais tout près de la porte de sortie. Quand ils ont vu la façon dont je réagissais, cela a sûrement conforté la direction dans son intention de me ‘lourder’. C’est d’ailleurs bien ce qui est arrivé une quinzaine de jours plus tard, lorsqu’on m’a annoncé mon éviction ». Voilà une date que le journaliste n’est pas près d’oublier.