Babeth Étienne, Nicaise Jean-Louis, Catherine Serre et Sophie Michaud : que sont devenues les gendarmettes ?

0 93

Véritable phénomène dans les années 80, la saga des “Gendarmes” portée par Louis de Funès et mise en scène par Jean Girault avait ses gendarmettes pour pimenter les aventures de Cruchot.

Quoi de mieux pour donner encore plus de fil à retordre à Ludovic Cruchot dit Louis de Funès, qu’une brigade de quatre gendarmettes ? C’est l’idée qu’a eu Jean Girault en faisant entrer dans sa saga “les gendarmes”, des personnages féminins hauts en couleur, dès 1982, portés à l’écran par Babeth Etienne, Nicaise Jean-Louis, Catherine Serre et Sophie Michaud. Que sont-elles devenues ?

Les gendarmettes : mannequin, actrice, comédienne de théâtre, elles ont fait du chemin

Presque James Bond girl et gendarmettesverser Nicaise Jean-Louis et Catherine Serreles années 80 étaient des années fastes.Nicaise Jean-Louis qui défilait également pour Dior, n’a pas pour autant poursuivi sa carrière au cinéma, tout comme Catherine Serre qui a mis fin à sa carrière cinématographique en 1984, mais a poursuivi encore un temps au théâtre. Connue pour son mariage avec Johnny Hallydayentre Sylvie Vartan et Nathalie Baye, Babeth Etienne avait 25 ans à l’époque où le film “Le gendarme et les gendarmettes” est sorti. Depuis, elle a sorti un livre intitulé “Je me souviens de nous”, dans lequel elle relate son histoire d’amour avec le rockeur, et en 2017, elle tenait une boutique de mode à Paris. Veuve d’Otto Kern, un styliste allemand qui l’avait convaincu de mettre fin à sa carrière, et avec lequel elle était devenue mère, celui-ci est par un curieux hasard décédé en même temps que Johnny Hallyday, en décembre 2017.

De son côté, Sophie Michaud n’a pas non plus poursuivi sa carrière plus loin que les années 90, devant alors agent d’artistes dès 1988. Elle a refait une apparition aux côtés de Roger Hanindans deux épisodes de la série Navarro, puis dans d’autres séries policières. Toutes ont néanmoins gardé d’excellents souvenirs de leur période gendarmettes comme elles l’ont confié à deux bloggueurs lors de l’inauguration de l’exposition dédiée à Louis de Funès à Saint-Tropez en 2014. “Ce sont des souvenirs extraordinaires avec des personnages formidables et qui, pour ceux qui ont disparu depuis, nous manquent. Ces mois de tournage furent une belle aventure, un vrai moment de grâce” avait ainsi confié Babeth Etienne. “C’était formidable !”renchérissait Catherine Serre “A cette époque, nous prenions notre temps pour tourner. Une journée entière pouvait être consacrée au tournage d’une scène ou de quelques plans qui, au final, ne durent pas plus d’une minute à l’écran. L’équipe n’hésitait pas à prendre du temps pour mettre les choses en place, diriger les comédiens, se déplacer si nécessaire, corriger etc… Ce type de travail est devenu impossible aujourd’hui, tout va plus vite.” “Absolument et, le reste du temps, lorsque nous ne tournions pas, nous pouvions faire ce que nous voulions, abondait Nicaise Jean-Louis. “C’était à la fois très ludique et très décontracté.”