Mamadi Doumbouya limoge le préfet coiffeur – Jeune Afrique

0 6

« Le renard passe passe, chacun a son tour chez le coiffeur » : est-ce parce qu’il a fredonné cette célèbre comptine ouest-africaine dans sa tendre enfance que le lieutenant-colonel Ibrahima Douramoudou Keïta s’est senti inopinément investi d’une mission de sculpteur capillaire ?

Diffusée en fin de semaine dernière, une vidéo amateur montre le militaire bombardé préfet de Siguiri en train de contrôler une salle d’examen du baccalauréat. Il remarque un candidat dont la coiffure ne lui convient pas. Stylo à la main, copies sur la table, oreilles bien dégagées mais cheveux légèrement longs sur le sommet du crâne, le lycéen devient la cible des commentaires de l’aréopage du jour. Alors que l’un des visiteurs accompagnant le militaire suggère à l’adolescent de songer à se rendre chez le coiffeur, le préfet, en uniforme kaki, saisit une paire de ciseaux et déclare : « On va l’aider tout de suite. » Et de couper les mèches rebelles de la manière la plus approximative qui soit.

Non content de perturber la concentration des élèves et la solennité d’un examen de cette importance, le lieutenant-colonel continue son happening. Devant des lycéens médusés qui tentent d’échapper aux regards de la délégation, le préfet encourage un autre militaire à diriger ses ciseaux vers un deuxième crâne à humilier. Deux coupes en 1 minute et 4 secondes, de quoi faire rêver tout coiffeur en manque de productivité.

Tollé dans l’opinion connectée

Samedi, la vidéo tourne en boucle et suscite un tollé dans l’opinion connectée. « Donc la priorité de ce mec, c’est cela ? » s’amuse un internaute, tandis que d’autres dénoncent un flagrant « abus de pouvoir » dans un « État de droit » et un « excès de zèle […] ridicule et ignoble » de la part d’autorités telles qu’il n’en « existe qu’en Afrique ».

Devant l’émoi provoqué, le préfet tente de se justifier auprès du site Africaguinée. Il invoque l’impérieuse « bonne éducation » qu’il faut inculquer à des « enfants qui sont les futurs cadres et futurs ministres de la Guinée » mais « viennent en rasta ». Comme pour rendre ses coups de ciseaux bienveillants, il affirme les avoir initiés « en qualité de papa » et non « en tant que préfet », soulignant que les élèves en question avaient le même âge que son « premier garçon ». Comme pour faire un clin d’œil à celui qui l’a propulsé à son poste, il affirme partager le souci du chef de l’État de « promouvoir l’excellence ».


À Lire


Guinée : entre Mamadi Doumbouya et Cellou Dalein Diallo, un duel politico-judiciaire

Ni la « privatisation » de son geste, ni le clin d’œil au président de la Guinée ne le sauveront. Le même 19 juin, le journal télévisé diffuse un décret du chef de l’État : « Le lieutenant-colonel Ibrahima Douramoudou Keïta, matricule 18342G, précédemment préfet de Siguiri, est relevé de ses fonctions et mis à la disposition de l’état-major général des armées. » Si certains jugent la scène de la salle d’examen plus burlesque que tragique, le colonel Doumbouya n’a pas besoin de buzz capillaire. Il sait que des accusations d’autoritarisme planent sur son régime de transition, qui interdit les manifestations publiques et peine à fournir un calendrier électoral accepté de tous.

Cet article est apparu en premier sur https://www.jeuneafrique.com/1355544/politique/guinee-mamadi-doumbouya-limoge-le-prefet-coiffeur/

Laisser un commentaire