les assemblées annuelles de la BAD en quatre temps forts – Jeune Afrique

0 11

Accélérer. C’est sans nul doute le mot-clé des assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD) qui s’achèvent ce vendredi 27 mai à Accra. Organisé pour la première fois depuis deux ans en version physique, ce rendez-vous africain intervient dans un contexte tendu. Le continent traverse en effet une période de fortes turbulences, confronté aux conséquences de trois crises : la pandémie de Covid-19, la guerre menée en Ukraine et le réchauffement climatique. Les difficultés d’approvisionnement et l’inflation généralisée qui résultent des deux premières pèsent sur la croissance – attendue à 4,1 % cette année et guère mieux en 2023 – autant que sur les finances publiques des pays du continent. Quant à la réponse aux aléas climatiques, engendrant entre 5 et 15 % de perte de produit intérieur brut (PIB) par habitant et par an, elle va nécessiter de mobilier des centaines de milliards de dollars.

Malgré tout, les échanges de cette semaine ont été marqués par la confiance dans la capacité du continent à sortir par le haut de cette épreuve. « Nous allons construire une Afrique plus forte », a assuré Akiwumi Adesina, le président de la BAD. « Nous sommes des gens résilients, faisons en sorte que personne ne l’oublie », a insisté en écho Ken Ofori-Atta, le ministre ghanéen des Finances, qui préside le bureau du Conseil des gouverneurs de la BAD durant ces assemblées annuelles. « L’Afrique doit accélérer son développement », a pour sa part résumé le ministre sénégalais de l’Économie, du Plan et de la Coopération et gouverneur de la BAD pour le Sénégal, Amadou Hott. Retour sur les temps forts de ses assemblées annuelles.

• Crise agricole

Cet article est apparu en premier sur https://www.jeuneafrique.com/1350196/economie/climat-agriculture-dts-les-assemblees-annuelles-de-la-bad-en-quatre-temps-forts/

Laisser un commentaire