le Cameroun va renvoyer le dossier de candidature du Nguon à l’Unesco

0 45

Samedi 26 mars à Foumban, le sultan-roi des Bamoun, Nfonrifoum Mbombo Njoya Mouhamed Nabil, a remis le formulaire de candidature du Nguon pour inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité au ministre des Arts et de la Culture (Minac), Bidoung Mkpatt. Le Cameroun a jusqu’au 31 mars 2022 pour soumettre sa candidature au Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel qui tiendra sa 18e session entre novembre et décembre 2023.

Cet organe restreint de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) se réunit chaque année pour évaluer des candidatures et décider d’inscrire ou non les pratiques et expressions culturelles du patrimoine immatériel proposées par les États partis à la Convention de 2003. En 2020, le pays a soumis la candidature du Nguon pour inscription au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Mais le dossier de ce festival vieux de plus de cinq siècles a été retiré à la dernière minute par les autorités.

Les raisons de ce retrait n’ont pas été données, alors que certaines sources évoquent des insuffisances relevées par l’organe évaluateur de l’Unesco. Mais le pays n’a pas pour autant abandonné son projet d’inscription. Pour se donner toutes les chances, un comité chargé de relancer la procédure a été mis sur pied, en collaboration avec le Minac. Sa mission, inclure des données nouvelles et complémentaires dans le dossier de candidature susceptibles de faire inscrire le festival du peuple Bamoun sur ladite liste. C’est le dossier revu qui a été remis au gouvernement, lequel doit le renvoyer à l’Unesco. 

Contrôle technique

«Au regard de la plus grande participation de la communauté et des acteurs, avec la mise à disposition des consentements libres et éclairés des praticiens de l’élément Nguon et de la qualité du travail abattu par le comité local, nous sommes convaincus de l’aboutissement heureux de ce processus», a déclaré le Minac, dans des propos rapportés par le quotidien public. Malgré l’optimisme affiché par les autorités camerounaises, rien n’est encore gagné. Le dossier doit encore passer le contrôle technique habituel effectué par le Secrétariat de la convention de 2003 de l’Unesco visant à identifier toute information manquante.

« Les États soumissionnaires concernés pourront réviser le(s) formulaire(s) de candidature avant la date limite du 30 septembre 2022. Étant donné le nombre élevé de réunions statutaires prévues cette année, il est possible que le Secrétariat termine son contrôle de complétude technique après le 30 juin 2022. Dans cette éventualité, la date limite de révision des formulaires de candidature par les États soumissionnaires sera ajustée en conséquence au-delà du 30 septembre 2022 afin de garantir que chaque État dispose de trois mois pour compléter son dossier », précise l’Unesco sur son site Internet.

Les dossiers restés incomplets après cette date sont renvoyés aux États partis qui peuvent les compléter pour un prochain cycle. Le festival Nguon est le tout premier élément culturel immatériel national que le Cameroun soumet pour inscription au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Le pays ambitionne d’en proposer d’autres dans les années à venir.

P.N.N

Lire aussi:

Comment la vulgarisation du Nguon peut aider à son inscription au patrimoine culturel de l’humanité

Patrimoine de l’humanité : le Nguon en quête de reconnaissance mondiale

cet article est apparu en premier sur https://www.stopblablacam.com/culture-et-societe/2903-8521-patrimoine-immateriel-de-lhumanite-le-cameroun-va-renvoyer-le-dossier-de-candidature-du-nguon-a-l-unesco

Laisser un commentaire