Jeanine Mabunda ou la résurrection d’une très proche de Kabila – Jeune Afrique

0 6

Il lui aura fallu seize mois pour entrer à nouveau dans l’enceinte du Palais du peuple. Le 15 mars dernier, lors de l’ouverture de la nouvelle session parlementaire, Jeanine Mabunda Lioko s’est assise parmi ses collègues. Discrète, comme la simple députée qu’elle est redevenue. Que le perchoir semblait loin depuis son siège.

La dernière fois qu’elle a occupé le fauteuil de présidente de l’Assemblée nationale, c’était le 10 décembre 2020. La séance avait été électrique et épique, comme souvent en ces temps de guerre ouverte entre le Front commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila – auquel elle appartient –, et la coalition du président Félix Tshisekedi, Cap pour le changement (Cach). Par 281 voix sur 483, les députés avaient voté sa destitution.

La séparation est souvent le temps le plus douloureux d’une relation, et la chute de Jeanine Mabunda avait sonné l’heure du divorce. L’alliance contre-nature scellée entre Kabila et Tshisekedi lors de la présidentielle de 2018 n’y a pas survécu. À grand renfort de jeeps, les députés de l’ancien président ont été achetés et la majorité renversée dans l’un de ces scénarios hallucinants que sait réserver la politique congolaise. Les dénonciations de « coup d’État institutionnel » n’y ont rien fait.

Menaces et harcèlement

Cet article est apparu en premier sur https://www.jeuneafrique.com/1335563/politique/rdc-jeanine-mabunda-ou-la-resurrection-dune-tres-proche-de-kabila/

Laisser un commentaire