« Nos entreprises doivent pouvoir exporter et s’exporter » – Jeune Afrique

0 10

Changer de modèle économique, assurer la transition énergétique, partir à la conquête de nouveaux horizons… La Confédération algérienne du patronat citoyen publie une série de propositions pour favoriser la relance. JA a rencontré son président, lequel considère l’Algérie comme l’un des marchés les plus prometteurs de la région.

Ce samedi 5 mars, la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC) a présenté son livre blanc sur l’entreprise et le développement économique. Un état des lieux de la situation économique du pays qui met en perspective des domaines structurants. L’étude contient aussi une série de propositions, de mesures et d’engagements visant à améliorer le climat des affaires et à relancer l’investissement productif, l’objectif ultime étant la relance économique pour assurer la sécurité alimentaire et énergétique en Algérie.

Le président de la Confédération, Mohamed Sami Agli, revient sur le diagnostic fait par son organisation avant de livrer sa propre vision de l’avenir économique du pays. Il faut, estime-t-il, sortir au plus vite de la crise sanitaire, mener à bien les réformes, changer de modèle économique, assurer la transition énergétique et dynamiser la croissance. Sami Agli évoque également l’ambition des entreprises algériennes de partir à la conquête de nouveaux horizons. Le temps presse et les défis à relever sont nombreux. Les espoirs et les attentes sont à la mesure des potentialités immenses du pays.

Jeune Afrique : La CAPC vient de présenter un livre blanc sur l’entreprise et le développement économique en Algérie. Quel est l’objectif de cette démarche ?

Cet article est apparu en premier sur https://www.jeuneafrique.com/1324690/economie/algerie-mohamed-sami-agli-nos-entreprises-doivent-pouvoir-exporter-et-sexporter/

Laisser un commentaire