Mohamed Bouzoubaâ et TGCC, les secrets d’une ascension – Jeune Afrique

0 61

En trois décennies, cet ingénieur de formation a fait d’une PME familiale un groupe côté en Bourse, considéré dans le royaume comme l’un des leaders du BTP.

En 1991, Mohamed Bouzoubaâ décidait de se lancer seul à l’assaut du BTP en créant la société Travaux généraux de construction de Casablanca (TGCC) dans le garage de sa maison. Trente ans plus tard, à la fin de 2021, « son bébé » faisait une entrée fracassante à la Bourse de la capitale économique du Maroc ; signant ainsi l’unique IPO de l’année, appuyée par Hicham Naciri, avocat attitré du royaume. But de la manœuvre ? Lever 600 millions de dirhams (environ 55 millions d’euros) – soit 13,94 % du capital social post-IPO –, pour deux raisons.

D’abord, permettre à Mediterrania Capital Partners (MCP) – un consortium d’investisseurs basé à Malte – de céder une partie de ses participations dans l’entreprise (300 millions de dirhams). Pour rappel, MCP s’est engagé auprès de TGCC en 2018 afin de soutenir ses plans d’expansion et de l’amener à un niveau supérieur de croissance : une mission accomplie. Ensuite, augmenter les capacités financières de TGCC (300 millions de dirhams) pour renforcer sa présence sur le continent africain, étendre son processus de verticalisation et diversifier ses activités (augmenter les ouvrages d’art, se lancer dans la construction de barrages et d’ouvrages maritimes).

Cet article est apparu en premier sur https://www.jeuneafrique.com/1326691/economie/maroc-mohamed-bouzoubaa-et-tgcc-les-secrets-dune-ascension/

Laisser un commentaire