Le gouvernement soutient les consommateurs

0 12

Une série de mesures a été mise sur pied à cet effet par le Chef de l’État, et dévoilée ce 30 mars par le Ministre du Commerce à Yaoundé.

Des mesures qui interviennent au moment où le pays, à l’instar, du reste du monde, fait face à l’augmentation des prix de produits de consommation courante, due, selon le ministre du Commerce, à la pandémie et exacerbée par la crise ukrainienne.

Des chiffres révélateurs

Pour mieux appréhender la réalité, Luc Magloire Mbarga Atangana laisse parler quelques chiffres. Ainsi, concernant les céréales, il fait savoir que le prix de la tonne de blé a subi une augmentation sur le marché international de 27,77% sur la période 2020-2021, pendant que le maïs augmentait de 56,85%. Du côté des oléagineux, le prix de la tonne d’huile de palme progressait de 53,38%, l’huile de soja de 67,35% et l’huile de palmiste de 86,03%. Dans le secteur de la métallurgie et du fer, le prix de la tonne d’aluminium s’est accru de 45,12%, le fer de 48,46%, le cuivre de 50,91% et l’étain de 89,10%.

Impact de la crise ukrainienne

Une véritable “secousse sismique”, amplifiée depuis un mois par la crise ukrainienne. Le ministre signale à cet effet, que l’Ukraine et la Russie sont les plus grands exportateurs de céréales, oléagineux, engrais, gaz, pétrole et bien d’autres produits. D’où l’augmentation depuis le début de la crise du prix du blé de 20,7%, du maïs de 21,2% et de l’or de 31,2%. S’agissant des oléagineux, le ministre du Commerce signale l’extrême rareté de l’huile de tournesol. Tout simplement parce que, souligne-t-il, l’Ukraine et la Russie pèsent à eux seuls de 80% des exportations mondiales.

L’appui du gouvernement

Dans ce contexte, le ministre du Commerce qui juge la situation difficile, estime qu’elle le sera davantage encore dans les semaines et mois à venir, si jamais la crise ukrainienne venait à persister. Cependant, il relève l’apport du gouvernement et des opérateurs économiques qui ont “réussi la performance d’éviter à notre marché, des pénuries caractérisées et un embrasement généralisé des prix”. Et notamment le Chef de l’État qui a instruit de garder les prix inchangés dans le secteur des produits pétroliers et du gaz domestique. Et ce, en dépit de la volée des cours du baril. Les subventions étant supportées par l’État. D’autres mesures ont également été prises, affirme-t-il, dans d’autres secteurs, visant l’allègement ou l’exonération à l’importation, dans le but de soutenir les consommateurs.

Appel à l’effort

Par ailleurs, annonce-t-il, le gouvernement a mis sur pied un système d’achat groupé de produits de grande consommation au bénéfice des syndicats de commerçants. Ils peuvent ainsi acheter à des prix préférentiels et revendre aux consommateurs dans les mêmes conditions.
Le même effort est aussi demandé aux consommateurs, qui doivent s’inspirer de cette nouvelle approche, en vue d’acheter en groupes et forcément moins cher. Le gouvernement reste disposé, selon le ministre, à accompagner les associations de consommateurs dans cette nouvelle mouvance. Car, martèle le ministre, “Nous devons nous serrer davantage les coudes et revoir nos habitudes de consommation afin de nous adapter à ce nouveau monde”.
Tout ceci, ajoutera-t-il, en attendant que nous donnions un sens au concept “import-substitution” qui est la véritable réponse.

 

Aline-Florence Nguini

Cet article est apparu en premier sur https://www.crtv.cm/2022/03/le-gouvernement-soutient-les-consommateurs/

Laisser un commentaire