« aucun élément » contre Kabila, peine de mort requise contre un suspect – Jeune Afrique

0 26

Cinq mois après l’ouverture du procès en appel de l’assassinat de Floribert Chebeya et de Fidèle Bazana, le Parquet a demandé la peine de mort contre Christian Ngoy Kenga Kenga, dix ans contre Jacques Mugabo et l’acquittement de Paul Mwilambwe.

Ouvert le 22 septembre 2021 à la prison militaire de Ndolo, le procès en appel de membres du commando qui a tué, le 1er juin 2010, le célèbre défenseur des droits de l’homme Floribert Chebeya et son chauffeur, Fidèle Bazana, touche à sa fin. Ce mercredi, le ministère public a livré son réquisitoire contre le major Christian Ngoy Kenga Kenga, le sous-commissaire adjoint Jacques Mugabo et Paul Mwilambwe.

Sans circonstances atténuantes

Comme en première instance, le Parquet a requis la peine de mort sans circonstances atténuantes pour Christian Ngoy Kenga Kenga, accusé de désertion, association de malfaiteurs et assassinat, et a prononcé sa destitution et son renvoi de la police nationale congolaise. Il n’a en revanche demandé que dix ans de prison pour Jacques Mugabo pour association de malfaiteurs et assassinat, prenant en compte son souci de coopérer avec la justice. Enfin, il a requis la relaxe pour le commissaire supérieur adjoint Paul Mwilambwe, poursuivi pour « désertion ». Exilé en Belgique, celui qui était responsable de la sécurité des installations de l’Inspection générale de la police nationale était revenu à Kinshasa le 2 décembre dernier pour témoigner. Il disait vouloir « faire éclater la vérité ».

Lors du procès en première instance, en juin 2011, Jacques Mugabo et Christian Ngoy Kenga Kenga avaient été condamnés à mort par contumace, tout comme le major Paul Mwilambwe et le colonel Daniel Mukalay, principal haut gradé présent sur le banc des accusés. Ce dernier avait vu sa sentence commuée en une peine de quinze ans de prison à l’issue de la procédure en appel, en 2015.

John Numbi, le patron de la police congolaise, est considéré par les parties civiles comme le principal commanditaire

Très critiqués par les familles de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana, ces deux procès se sont déroulés en l’absence de nombreux suspects, pour la plupart en cavale. John Numbi, le patron de la police congolaise, avec lequel Chebeya avait rendez-vous le soir du meurtre, n’a comparu qu’en première instance et sous le statut de simple témoin. Il est considéré depuis plus de dix ans par les parties civiles comme le principal commanditaire de l’assassinat. John Numbi a fui la RDC en mars 2021 et, selon les autorités, il se trouverait désormais au Zimbabwe.

Joseph Kabila responsable ?

Quid de l’éventuelle responsabilité de Joseph Kabila ? Soupçonné par les parties civiles d’être le cerveau du double meurtre, il avait été accusé d’être le commanditaire principal du crime par Paul Mwilambwe.

Néanmoins, l’auditeur général a estimé qu’aucun élément suffisant ne démontrait la responsabilité de l’ancien président. « Paul Mwilambwe a affirmé que Christian Ngoy Kenga Kenga lui avait dit que l’ordre était venu de Joseph Kabila. Cette allégation n’a pas été suffisamment appuyée par d’autres éléments ou moyens pour impliquer le sénateur à vie », a fait savoir le ministère public dans son réquisitoire. Le verdict est attendu dans les prochains jours.

Cet article est apparu en premier sur https://www.jeuneafrique.com/1322332/politique/rdc-affaire-chebeya-aucun-element-contre-kabila-peine-de-mort-requise-contre-un-suspect/

Laisser un commentaire