Titus Edzoa candidat à la Présidentielle camerounaise de 2025 ?

0 12

Titus Edzoa, l’ancien proche collaborateur du président de la République, soutient que c’est une probabilité à ne pas exclure. Il l’a fait savoir dans une interview accordée à nos confrères de la Radio France internationale (RFI).

Titus Edzoa (c) Droits réservés

D’après Titus Edzoa, devenir président de la République du Cameroun serait un « aboutissement ». L’homme politique camerounais a accordé une longue interview à nos confrères de RFI. Dans cet entretien, il évoque son avenir politique : « Je vais vous dire du fond de mon cœur que, pour moi, être candidat ou être président n’est pas une obsession. Je peux l’être, mais ce n’est pas une préoccupation. Si jamais je le devenais, ce serait un aboutissement. », déclare-t-il.

Parlant du bilan de Paul Biya à la tête du pays depuis 40 ans, Titus Edzoa estime que ce dernier est funeste : « Je relève que l’affadissement des institutions républicaines s’est transformé en véritable incinération. L’État a perdu sa fonction de protecteur, de sécurité. Et en plus de cela, la société est corrompue. C’est une corruption qui est comme organisée. Donc, on est tétanisé. », confie-t-il.

Et de poursuivre : « Je ne voudrais pas être un devin ou jouer à Cassandre. Mais je dis qu’il ne faut pas baisser les bras, qu’il faut continuer à œuvrer pour que les Camerounais puissent être à même de reprendre leur destin en mains… qu’ils ont perdu. »

L’ancien ministre de l’Enseignement supérieur croit que la guerre des clans pourrait éclater pour la succession de Pau Biya : « Ah oui, tout peut arriver. C’est une possibilité, parce qu’il y a des clans qui naissent de partout et de nulle part. Et déjà du vivant du président de la République, ils chantent la victoire. Je considère tout cela comme des élucubrations. », déclare l’homme politique.

Pour contourner les règnes à vie, Titus Edzoa pense qu’il faut respecter la constitution. Notamment celle de « Constitution de 1996 » qui « a limité les mandats. Donc, pour moi, dans l’avenir, le premier pas sera de revoir la Constitution et de trouver les termes juridiques qui ne permettent pas qu’on puisse changer, au bon vouloir de ceux qui détiennent le pouvoir, les articles qui leur conviennent. »


Newsletter :
Déjà plus de 8000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Le Bled Parle à ne pas manquer !

Cet article est apparu en premier sur https://www.lebledparle.com/fr/politique-cameroun/1126182-titus-edzoa-candidat-a-la-presidentielle-camerounaise-de-2025

Laisser un commentaire