l’Afrique sur la touche ? – Jeune Afrique

0 13

Le monde du ballon rond – devenu une véritable industrie du divertissement – est en pleine réorganisation. Si le vieux continent tente de s’imposer dans la guerre larvée qui se joue, son voisin africain ne peut se contenter du rôle ingrat de pourvoyeur de joueurs.

Ramener la périodicité du Mondial à deux ans, contre quatre actuellement : tel est le projet que nourrit le président de la Fédération internationale de football (Fifa), Gianni Infantino. Une réforme qu’il pourrait soumettre le 31 mars prochain à Doha, au Qatar, lors du 72e congrès de la Fifa. L’Union des associations européennes de football (UEFA) et la Confédération sud-américaine de football (Conmebol) y sont opposées. Quant à la Confédération africaine de football (CAF), sa ligne n’est pas éloignée de celle définie au siège de la Fifa, à Zurich.

Belle opportunité financière

Il faut dire qu’à sa tête trône désormais le Sud-Africain Patrice Motsepe, un puissant homme d’affaires sud-africain proche du patron italo-suisse du football mondial, que l’entraîneur français Claude Leroy critique pour son rapport à l’argent. « Je l’ai rencontré à plusieurs reprises : il ne parle pas de notre sport, il ne parle que de fric. »

Les recettes escomptées du Mondial se hisseraient à 4,4 milliards de dollars sur quatre ans si la compétition se tenait tous les deux ans

De fait, la réforme est présentée comme une belle opportunité financière. À chacune de ses 211 fédérations membres, la Fifa promet 19 millions de dollars (16,8 millions d’euros) supplémentaires par cycle de quatre ans si elle parvient à doubler la fréquence de la Coupe du monde à partir de 2024. Pour étayer ses prévisions, l’organisation a engagé le cabinet Nielsen, lequel a prédit que les recettes escomptées du Mondial se hisseraient à 4,4 milliards de dollars (3,9 milliards d’euros) sur quatre ans, grâce à l’augmentation de la fréquentation des stades, aux droits TV et au sponsoring.

Guerre intestine

L’étude élude cependant les effets de cette inflation des matchs sur la santé des joueurs, de même qu’elle ne dit mot sur ce que les championnats nationaux  y gagneraient. En revanche, un projet concomitant vise à limiter la fréquence de la Coupe d’Afrique des nations, qui ne se jouerait plus que tous les quatre ans.

Une guerre larvée et intestine est donc en cours, qui oppose de puissantes entités. Dernière escarmouche, une polémique opposant d’une part les clubs européens réticents à libérer les joueurs africains et, d’autre part, les fédérations nationales des pays qualifiés pour la Coupe d’Afrique des nations (CAN) au Cameroun.

Il existe une hiérarchisation des compétitions et, dans ce classement dont l’argent est l’un des critères, la CAN compte pour du beurre

C’est dorénavant clair : il existe une hiérarchisation des compétitions et, dans ce classement dont l’argent est l’un des critères d’appréciation, la CAN compte pour du beurre. Un point de vue qui met d’accord UEFA et Fifa.

Dans la construction de l’industrie mondialisée du football, le continent est une fois de plus cantonné au rôle ingrat de pourvoyeur de matière première. Il a même cédé une part de sa souveraineté. Entre Fifa et CAF, la vassalisation s’est opérée sans combat.

Entre la Fifa et la CAF, la vassalisation s’est opérée sans combat. Pour être certain d’être élu et réélu à la tête de la Fifa, Gianni Infantino contrôle l’instance, mais pas seulement. Il s’assure aussi la loyauté des 54 pays membres africains, à qui il fait miroiter les fonds Forward de son organisation – argent perfusé à des fédérations exsangues au titre du développement du football, mais aussi, et surtout, pour la constitution d’une clientèle électorale.

Zurich a convaincu Motsepe de la pertinence de lancer une Super Ligue africaine réunissant les vingt meilleurs clubs du continent. Une telle compétition, estime-t-il, pourrait rapporter 2,5 milliards d’euros sur cinq ans, alors qu’une idée similaire portée par une douzaine de grands clubs européens a récemment été rejetée sur le vieux continent. Si cette Super ligue devait voir le jour en Afrique, « elle enrichirait les plus riches et appauvrirait les plus pauvres », affirment ses détracteurs.

Alors que le paysage du ballon rond est en pleine mutation, les Africains hésitent à y prendre pleinement part. Il ne devrait pas être question pour eux d’importer des idées d’ailleurs mais de lutter pour imposer les leurs, afin de faire prévaloir leurs intérêts.

Cet article est apparu en premier sur https://www.jeuneafrique.com/1299769/societe/football-lafrique-sur-la-touche/

Laisser un commentaire