bras de fer entre la Ceni et le gouvernement autour du financement des élections – Jeune Afrique

0 18

Le gouvernement et la commission électorale ont multiplié les prises de paroles contradictoires concernant les fonds destinés à l’organisation des scrutins. À deux ans de la date prévue, le spectre d’un glissement semble loin d’être dissipé.

Faut-il déjà craindre un report des élections censées se tenir en 2023 ? La question pourrait, à deux ans de l’échéance, paraître prématurée, mais les récentes déclarations du gouvernement comme de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) invitent à la prudence. Lors d’une interview à la radio Top Congo, le 12 février, Denis Kadima, le président de la Ceni, a en effet émis les mêmes réserves que lors de la présentation de sa feuille de route le 3 février dernier – séquence qui n’avait pas franchement rassuré ceux qui doutent que les futurs scrutins puissent se tenir dans les délais.

« Pas un seul centime »

S’il a affirmé que le glissement « n’était pas une option », il a aussi appelé les différentes parties prenantes à « faire leur part », précisant que si les élections ne se tenaient pas dans les délais constitutionnels, « le gouvernement [serait] l’un des responsables majeurs de ce retard ». Parmi les obstacles mentionnés figure notamment la question du financement des futurs scrutins. À en croire Denis Kadima, la Ceni n’aurait pas encore « reçu un seul centime ».

Cet article est apparu en premier sur https://www.jeuneafrique.com/1315129/politique/rdc-bras-de-fer-entre-la-ceni-et-le-gouvernement-autour-du-financement-des-elections/

Laisser un commentaire