Sexe, pornographie et bouddhisme : la vie carcérale à Nordahl Lelandais – Vidéo

0 32



Mercredi, au troisième jour de son procès, l’ancien éleveur de chiens, qui a avoué être le meurtrier de la petite Maëlys, a révélé sa vie en garde à vue et reconnu avoir entre autres eu des relations sexuelles avec un visiteur.

#Sexe #pornographiebouddhisme #vie #carcéraleNordahl #Lelandais

Mercredi, au troisième jour de son procès, l’ancien éleveur de chiens qui a avoué être le meurtrier de la petite Maëlys a révélé sa vie en garde à vue et reconnu avoir entre autres eu des relations sexuelles avec un visiteur.

Un prisonnier qui est loin d’être un modèle. Mercredi, au troisième jour d’un procès consacré au meurtre de la jeune Maëlys, Nordahl Lelandais a d’abord révélé ses plus de trois ans derrière les barreaux du tribunal de grande instance de l’Isère. L’accusé qui a avoué avoir tué Maëlys a déclaré qu’il voulait « reconstruire » et « avancer », soulignant ses conclusions sur le bouddhisme, mais a également admis avoir eu des relations sexuelles avec des touristes et vérifié régulièrement de la pornographie pendant sa garde à vue.

Nordahl Lelandais, 38 ans, vêtu d’une chemise blanche et d’un jean bleu, a décrit pour la première fois son quotidien à l’isolement depuis juillet 2018 lorsqu’il a été interrogé par le président du tribunal sur sa vie en prison. vie. Il a affirmé avoir vécu « le déni, la honte, le mensonge ».

avoir des relations sexuelles dans la salle de visite

L’homme de 30 ans a admis plus tard avoir eu une relation amoureuse avec une femme qui était venue lui rendre visite en prison. Notamment, depuis juillet 2018, elle lui a versé un total de 10 000 euros. « Ça me permet de faire des cantines, de mettre de l’argent dans des téléphones de prison », a-t-il expliqué, alors qu’il est interdit aux personnes incarcérées de confisquer de tels objets. Il a été sanctionné pour cela.

L’ancien maître-chien a déclaré qu’il avait également eu des relations sexuelles avec la femme, Elizabeth, à deux reprises pendant sa garde à vue. L’une s’est produite alors qu’il se trouvait à l’Unité de vie familiale (UVF), un lieu où les détenus étaient autorisés à recevoir des proches, ce qui était autorisé. Nordahl Lelandais n’aurait cependant pu en profiter qu’en raison « d’erreurs de l’administration pénitentiaire », a déclaré le chef du tribunal. Il y aura une deuxième relation sexuelle entre eux dans le salon familial, qui pourra faire l’objet de sanctions disciplinaires.

Selon nos informations, Elizabeth a peut-être eu une relation avec un détenu par le passé. L’homme, qu’elle aurait épousé à l’époque, a été condamné à une lourde peine pour le meurtre de sa petite-fille.

Nordahl Lelandais évoquait également une correspondance avec un lycéen de Chambéry en décembre dernier.

« Elle a dit qu’elle avait la vingtaine », s’est-il défendu. « Vous avez consulté sa page Pinterest il y a 12 visites », souligne l’avocat des parents de Maëlys, sous-entendant que Nordahl Lelandais ne peut ignorer l’âge de la jeune fille. Selon les années 1930, leur communication serait « bloquée par l’administration pénitentiaire ».

Conseils sexuels pendant la détention

Nordahl Lelandais possède un téléphone portable, grâce à une femme avec qui il est en couple, depuis lequel il l’utilise souvent pour consulter des sites pornographiques.

Interrogé sur les conseils dans une vidéo de novembre 2021 qui mentionnait le mot « adolescent », le détenu a rejeté tout lien avec la pornographie juvénile dans la légende.

« Je n’ai jamais vu de sites pédopornographiques. J’insiste sur le ‘jamais’. Même à l’extérieur », a-t-il juré aux avocats qui ont insisté.

Outre le meurtre de la petite Maëlys, Nordahl Lelandais doit également être jugé pour avoir agressé sexuellement deux jeunes cousins, alors âgés de cinq ou six ans, et pour possession et enregistrement de pédopornographie.

A propos du téléphone récemment découvert dans sa cellule, il assure qu’il l’utilise uniquement pour aller sur Facebook. « C’est pas intelligent, je le reconnais », concède-t-il.

Lectures bouddhistes

Devant la cour, l’ancien maître chien affirme désormais vouloir aller d’avant, après des années faites de petits boulots, de courtes relations sentimentales et marquées par la consommation de drogues.

« Je me suis déconstruit, j’essaie d’avancer, j’essaie de comprendre. Je ne veux plus être la personne que j’étais avant », clame-t-il.

Ce qui l’a aidé à se calmer? Le bouddhisme, révèle le détenu, dont la personnalité ne cesse de surprendre. « Je lis beaucoup sur l’enseignement du Dharma, le bouddhisme. Ça peut paraître anodin, ça apprend à comprendre ou du moins à accepter ses colères », avance-t-il.

« Il n’a pas changé »

L’avocat des parents de Maëlys décrit l’accusé comme une « personnalité clivée » et dit ne pas être dupe face à ce qui lui semble n’être qu’une tentative pour convaincre la cour qu’il a évolué.

« Ce portable a été utilisé il y a quelques semaines à peine donc on ne peut pas nous servir le discours selon lequel Nordahl Lelandais aurait changé. Ma réponse est très claire: non,

Laisser un commentaire