#BiyaSpeech: Ces jeunes qui nous honorent !

0 12

Ils sont trois a avoir été cités en exemple dans l’adresse du Chef de l’État à la jeunesse ce 10 Février.

C’est l’un des temps forts des célébrations liées à la fête de la jeunesse du 11 Février. Le Président de la République n’a pas dérogé à la règle cette année encore. Dans son traditionnel message à ses jeunes compatriotes, Paul Biya leur a demandé de suivre l’exemple de trois de leurs congénères qui sortent du lot dans leurs domaines respectifs.

Francis NGANNOU

Son nom est sur toutes les lèvres. Sa bravoure n’a d’égale que son parcours couronné de succès. Qualifié de SDF à Paris il y a dix ans, ce fils de Batié s’impose aujourd’hui comme le roi des poids lourds UFC, la plus importante ligue mondiale d’arts-martiaux mixtes.
Dix mois après s’être emparé de la ceinture de champion du monde aux dépens de l’Américain Stipe Miocic, mis KO sans ménagement, Ngannou a prouvé qu’il reste, à 35 ans, le meilleur pugiliste actuel dans sa catégorie de poids. Il a ainsi remporté une fois de plus en janvier dernier, “le combat de l’année”, en Californie, face au Français Ciryl Gane. Aujourd’hui, il est considéré comme le “Predator” au vu de son palmarès éloquent de 17e victoires pour trois défaites seulement.

Francis TCHOFFO

Un autre champion qui a su saisir sa chance sous d’autres cieux alors qu’il a quitté le pays à 17 ans seulement. Aujourd’hui il est le champion du monde poids moyens (ceinture WBF). Pour en arriver là il fait savoir que les embûches ont été nombreuses. Ainsi, il raconte que son parcours a été réalisé en trois étapes : ” Je me suis d’abord arrêté à Douala, ma ville de naissance, je m’arrête ensuite à Bafoussam et à Babadjou, la ville et le village de mes parents, où j’ai mes premières attaches”, question pour celui que l’on appelle “Fighter Bomber” de préciser d’où il puise la force, la détermination de ses attaques à outrance lors de ses combats.

Né au Cameroun en 1987, Tchoffo a baigné dans les arts martiaux depuis son plus jeune âge. Et pour cause, « Mes grands frères pratiquaient tous. J’ai d’abord fait du karaté, j’étais même plutôt bon, mais j’ai finalement choisi la boxe», affirme-t-il.

 

Eric Salvador TCHOUYO

C’est le nouveau champion du monde du scrabble en français. Un titre remporté le 26 octobre dernier aux championnats mondiaux de Scrabble classique à Aix-les-Bains, en France. Avant la rencontre déjà, mû par l’esprit patriotique, celui qui est par ailleurs, capitaine de l’équipe nationale de Scrabble du Cameroun, déclarait  : “Quelque soit l’issue de la rencontre, c’est d’abord un titre du Cameroun”.

Il faut dire que le scrabble classique est un jeu de société qui consiste à former des mots entrecroisés sur une grille avec des lettres de valeurs différentes. Les cases de couleur sur la grille permettant de multiplier la valeur des lettres ou des mots. Le vainqueur est le joueur qui cumule le plus grand nombre de points de la partie. Le champion donne donc ainsi un premier titre mondial au Cameroun, triple champion d’Afrique dans cette discipline. Un exploit qui lui a permis de recevoir les félicitations du Président de la République. « C’est un très grand honneur de recevoir une lettre de félicitations du président de la République », disait-il alors tout ému.

Ce 10 Février encore, le Chef de l’État a salué ces performances exemplaires, ce sens du devoir et du sacrifice qui met en relief la force de leur patriotisme.

Aline-Florence Nguini

Cet article est apparu en premier sur https://www.crtv.cm/2022/02/biyaspeech-ces-jeunes-qui-nous-honorent/

Laisser un commentaire