Jean Mongu Bele, génie des connexions high-tech – Jeune Afrique

0 12

Professeur au MIT de Cambridge, aux États-Unis, ce chercheur d’origine congolaise conçoit des appareils électroniques qu’il commercialise depuis 2020 sous la marque Okapi. Des smartphones, ordinateurs, tablettes et chargeurs solaires dont la production vient de débuter à Kinshasa.

Il évite le feu des projecteurs et les caméras de télévision. Le milieu naturel de ce discret scientifique, ce sont surtout les laboratoires. Professeur en physique nucléaire au prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Cambridge, aux États-Unis, Jean Mongu Bele, 64 ans, poursuit sa longue carrière d’enseignant-chercheur, commencée à Kinshasa en 1980, à l’Institut supérieur des techniques appliquées (Ista), où il a lui-même effectué son premier cycle universitaire. En 1987, il pose ses bagages au Canada, où il travaille en tant qu’enseignant-chercheur à l’université de Moncton, puis à l’université de Montréal, avant de rejoindre le centre canadien de fusion nucléaire. En 1995, il intègre le corps professoral du MIT – où il a obtenu son doctorat en physique.

Objectif : interconnecter le monde avec une petite touche africaine

Des produits performants, accessibles au plus grand nombre

Avec son épouse, Léa Bele, une chercheuse haïtienne rencontrée sur un campus canadien, l’universitaire fait un premier pas dans l’entrepreneuriat en 2000, en créant The Arithmtech Corporation, une société de développement de logiciels de pointe qui disposent d’un large champ d’application incluant l’aérospatial, la pharmacie, la biotechnologie et la biométrie. Puis il commence à concevoir et à développer des produits électroniques grand public. Plusieurs de ses inventions sont brevetées aux États-Unis.

Cet article est apparu en premier sur https://www.jeuneafrique.com/1278086/economie/rdc-jean-mongu-bele-genie-des-connexions-high-tech/

Laisser un commentaire