demain, la vie sans l’or ? – Jeune Afrique

0 12

Principale source de devises du pays, l’or malien paraît, en partie, protégé de l’embargo terrestre de la Cedeao. Mais le pays, malgré des cours en hausse, fait face à l’épuisement des ressources. Comment les opérateurs miniers peuvent-ils y remédier ?

Le secteur aurifère malien se porte bien. Il faut dire que le cours de l’or n’arrête pas de grimper (il trône autour de 1800 dollars l’once en ce début de 2022). En même temps que le cours de l’or, le nombre de mines a fortement augmenté ces dernières années. De cinq exploitations en 2005 et sept en 2010, le Mali est passé à quatorze mines actuellement en activité. Environ 40 permis d’exploitation minière dans le domaine de l’or sont actifs au Mali, dont 11 attribués en 2021 selon le ministère des Mines.

L’écrasante majorité de la production nationale d’or du Mali provient des sites industriels, contre un peu moins de 10% pour l’exploitation artisanale. Avec quelque 70 tonnes produites par an en 2020 et en 2021 (contre 42 tonnes annuelles dix ans plus tôt), l’or représentait près de 80 % des ressources exportées par le Mali, indique le ministère des Mines, de l’Énergie et de l’Eau, devançant de très loin le coton et les produits agricoles.

Cette ressource est d’autant plus précieuse pour les finances publiques du pays alors que Bamako fait face depuis le 09 janvier à un embargo des pays de la Cedeao – à l’exception de la Guinée, elle-même sous le coup de sanctions – qui mettent en péril les exportations par voie terrestre des biens maliens. Les exportations d’or réalisées par voie aérienne, vers la Suisse et les Émirats qui pour l’instant ne se sont pas prononcés sur les sanctions de la Cedeao, représentent une bouffée d’oxygène pour l’exécutif malien.

Évolution du cours de l’or (dollars par once) depuis 25 ans.

tradingeconomics.com

400 permis de recherche

Cet article est apparu en premier sur https://www.jeuneafrique.com/1280798/economie/mali-demain-la-vie-sans-lor/

Laisser un commentaire