entre Obiang père et fils, la succession qui ne passe pas  – Jeune Afrique

0 43

Le parti au pouvoir à Malabo devait désigner fin novembre son candidat pour la prochaine élection présidentielle. Mais les rivalités familiales entre les partisans de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo et ceux son fils, Teodorín, ont tout bouleversé. Explications. 

Le congrès du Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE, au pouvoir), qui a eu lieu du 21 au 24 novembre à Bata, devait être le point de départ de la dernière ligne droite vers la prochaine échéance présidentielle, prévue en 2023. Comme en amont des scrutins précédents, la formation politique espérait se choisir par consensus et dans une apparence d’unité un candidat pour l’élection à la magistrature suprême. Mais rien ne s’est déroulé comme annoncé.

Initialement prévu à la mi-novembre, le rendez-vous a d’abord été reporté sans raison officielle. Le PDGE, qui avait prévu de convier ses membres et de nombreux observateurs à ce qu’il présentait comme une fête populaire, a ensuite choisi de restreindre le nombre d’invités de l’étranger, au nom de restrictions sanitaires liées à la pandémie de Covid-19. Mais, selon nos informations, ces décisions étaient en réalité dues aux tensions internes qui secouent le parti au pouvoir, au sein duquel deux clans s’affrontent depuis de nombreux mois.

Querelles de famille

Cet article est apparu en premier sur https://www.jeuneafrique.com/1273175/politique/guinee-equatorialeaf-entre-obiang-pere-et-fils-la-succession-qui-ne-passe-pas/

Laisser un commentaire