Assemblée nationale: Des ministres éclairent les représentants du peuple

0 12

C’était ce jeudi 18 Novembre, au cours de la traditionnelle séance des questions orales aux membres du gouvernement.

Au total, ils étaient trois à être sollicités par la représentation nationale, au sujet de certaines actions menées par les départements ministériels dont ils ont la charge.

Huissiers en attente de charges

La question qui s’adressait au Ministre d’État, Ministre de la Justice Garde des Sceaux, a été posée à l’entame de la séance par l’honorable Nguenkam Marie Louise. Le député du Rdpc, s’est ainsi fait le porte-parole des préoccupations exprimées par le collectif dénommée “UJADEC” qui regroupe, selon elle, les huissiers de justice en attente de charges. Ceci, en rapport avec le sort réservé à cette catégorie de personnels depuis un peu plus de 20 ans.

Prenant la parole, le Garde des Sceaux n’a pas voulu s’apesantir sur le sujet. Il a tout simplement laissé entendre qu’étant en procès pour les mêmes récriminations , il lui est très inconfortable de développer devant le pouvoir législatif des arguments qui sont réservés au pouvoir judiciaire. Car, rappelle-t-il, il n’est pas d’usage que les procédures judiciaires soient commentées devant l’assemblée nationale qui relève du pouvoir législatif.

Authentification des diplômes

Dans la question de l’honorable Kim John Nji du Rdpc, il s’est agi plus précisément du problème de lenteur de l’authentification des diplômes de base des 1000 enseignants bilingues dont le président de la République a instruit le recrutement en 2017.

En guise de réponse, le Ministre d’État, Ministre de l’Enseignement supérieur a tout simplement expliqué qu’il s’agit d’un long processus qui ne dépend pas seulement du Minesup. il ya d’une part, l’authentification du diplôme, quand il s’agit d’un diplôme délivré à l’étranger et au Cameroun, et d’autre part, de l’équivalence du diplôme par rapport à la réglementation en vigueur au Cameroun.

Dans chaque cas de figure, le ministère de l’Enseignement supérieur saisit systématiquement la structure émettrice du diplôme, pour une action et c’est seulement lorsque toutes ces étapes sont franchies que les dossiers sont soumis à la commission nationale des équivalences.

Cependant, il a annoncé pour un futur très proche, l’arrivée des diplômes numériques en lieu et place des diplômes analogiques afin de faciliter davantage les procédures.

Situation du réseau routier du Nord-Ouest

C’est l’honorable Kum John Nji qui est revenu à la charge, pour s’enquérir de l’état d’avancement des projets routiers dans la région du Nord-Ouest.
Dans sa réponse, Emmanuel Nganou Djoumessi, Ministre des Travaux publics, a tenu à préciser qu’il s’agit d’un réseau routier long de 10 504, 85 km et que 48, 26% de section de route nationale sont bitumées, tout comme 9,3% de routes régionales et 13,1% de routes communales.

Cependant, il reconnait que depuis 2016, plusieurs activités visant l’amélioration de l’état de nos routes n’ont pas été exécutées. Ce qui a aggravé leur détérioration alors que leur exécution aurait relevé significativement l’état du réseau routier. Ainsi, seulement 35% du réseau national et régional est en bon état malgré les ressources mobilisées pour les travaux.

S’agissant particulièrement du Nord-Ouest, le Ministre fait remarquer que “Les attaques terroristes constituent un véritable frein à la concrétisation de nos investissements routiers” et que “Sans les attaques terroristes, les travaux de l’axe Babadjou-bamenda seraient achevés”. Toutefois , “Il est envisagé la répartition de cet axe, long de 51,97 km, en 4 lots afin d’accélérer les travaux et rattraper le retard accumulé”.
Toutes choses qui dénotent selon lui, de la remobilisation en vue de l’entretien et la réhabilitation de certaines routes.

Aline Nguini

Cet article est apparu en premier sur https://www.crtv.cm/2021/11/assemblee-nationale-des-ministres-eclairent-les-representants-du-peuple/

Laisser un commentaire