Le président tunisien limoge le Premier ministre après de violentes manifestations de Covid

0 293

Le président tunisien  limoge le Premier ministre après de violentes manifestations de Covid

 

Le président tunisien a limogé le Premier ministre et suspendu le Parlement, après que de violentes manifestations ont éclaté à travers le pays.

Des milliers de manifestants, en colère contre la mauvaise gestion de Covid-19 par le gouvernement, avaient envahi les rues et affronté la police dimanche.

Le président Kais Saied a annoncé qu’il prendrait les choses en main avec l’aide d’un nouveau Premier ministre, affirmant qu’il entendait ramener le calme dans le pays.

Mais les opposants ont qualifié sa décision de coup d’État.

« Nous avons pris ces décisions… jusqu’au retour de la paix sociale en Tunisie et jusqu’à ce que nous sauvions l’Etat », a déclaré M. Saied dans une allocution télévisée à l’issue d’une réunion d’urgence sur la sécurité dans son palais.

Tard dans la nuit de dimanche, les manifestants ont éclaté de célébrations à l’annonce du limogeage du Premier ministre Hichem Mechichi. Le président Saied s’est joint aux foules dans la capitale Tunis.

Des milliers de personnes avaient manifesté contre le parti au pouvoir à Tunis et dans d’autres villes, criant « Sortez-vous ! » et réclamant la dissolution du Parlement.

Les forces de sécurité ont bloqué le parlement et les rues autour de l’avenue centrale Bourguiba, le centre des manifestations antigouvernementales lors de la révolution tunisienne de 2011.

Manifestants à TunisDROIT D’AUTEUR DE L’IMAGEGETTY IMAGES
légendeDes milliers de personnes sont descendues dans les rues dimanche

La police a tiré des gaz lacrymogènes sur les manifestants et arrêté plusieurs personnes, des affrontements ayant éclaté dans plusieurs autres villes.

Des manifestants ont pris d’assaut les bureaux du parti au pouvoir Ennahdha, détruisant des ordinateurs et incendiant son siège local à Touzeur.

Le parti a dénoncé l’attaque, accusant des « gangs criminels » qui tentaient de « semer le chaos et la destruction ».

Avertissement militaire

Le président Saied a promis de répondre à de nouvelles violences par la force militaire.

« Je mets en garde tous ceux qui pensent à recourir aux armes… et quiconque tire une balle, les forces armées répondront par des balles », a-t-il déclaré.

Il a déclaré que la constitution lui permettait de suspendre le parlement s’il est en « danger imminent ».

Mais le président du Parlement tunisien, Rached Ghannouchi, a accusé le président d’avoir organisé « un coup d’État contre la révolution et la constitution ».

« Nous considérons que les institutions sont toujours debout et que les partisans d’Ennahda et le peuple tunisien défendront la révolution », a déclaré M. Ghannouchi, le leader d’Ennahda, à l’agence de presse Reuters.

Il y a dix ans, la révolution tunisienne a inauguré la démocratie et déclenché les révoltes du printemps arabe dans toute la région.

Mais les espoirs que cela apporterait plus d’emplois et d’opportunités ont été déçus.

Une décennie plus tard, la Tunisie est aux prises avec une profonde crise économique et l’une des pires épidémies de coronavirus en Afrique.

Les cas ont fortement augmenté ces dernières semaines, exerçant une pression supplémentaire sur l’économie chancelante.

Le Premier ministre Hichem Mechichi a limogé le ministre de la Santé la semaine dernière, mais cela n’a pas fait grand-chose pour apaiser la colère des gens.

Voici 5 astuces pour percer sur TikTok

Cet article est apparu en premier  sur : https://www.bbc.com/news/world-africa-57958555

Laisser un commentaire