« Félix Tshisekedi fait partie du problème, il ne peut pas être la solution » – Jeune Afrique

0 15

Coordonnateur en exercice de la coalition Lamuka, l’ancien Premier ministre revient sur les défis auxquels l’opposition est confrontée en interne, sur son alliance avec Martin Fayulu, sur les élections de 2023 et la revanche qui se prépare face à Félix Tshisekedi.


Dernier leader de Lamuka à être sur la même ligne que Martin Fayulu, Adolphe Muzito occupe, depuis le 12 avril, le poste de coordonnateur de la plateforme. Une fonction qu’il partage bien malgré lui avec Moïse Katumbi. Malgré son ralliement à l’Union sacrée, la nouvelle majorité constituée autour de Félix Tshisekedi, l’ancien gouverneur du Katanga n’a en effet jamais officiellement quitté cette coalition de l’opposition.

Dans cette nouvelle configuration de l’échiquier politique congolais, Adolphe Muzito est déterminé à occuper le terrain. Proposition de réforme de la Commission électorale nationale indépendante, appels à manifester contre la perpétuation des violences contre les civils dans l’Est… Aux côtés de l’ancien candidat à la présidentielle de 2018, il multiplie les initiatives.

Des luttes de pouvoir au sein de Lamuka à la formation du nouveau gouvernement de Félix Tshisekedi, en passant par la préparation des élections de 2023, Adolphe Muzito a répondu aux questions de Jeune Afrique.

C’est manquer de respect à notre peuple de penser qu’ils peuvent jouer sur les deux tableaux

Jeune Afrique : Depuis le 12 avril, Lamuka a deux coordonnateurs, Moïse Katumbi et vous-même. Comment sortir de cet imbroglio ? 

Adolphe Muzito : Nous n’avons pas à chercher une solution à un problème qui n’existe pas. Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba ont abandonné nos objectifs pour aller soutenir un régime qui a confisqué la démocratie. Ils ne peuvent pas être à la fois au pouvoir avec leur parti et dans la résistance avec nous. Ils ont fait un choix.

Cet article est apparu en premier sur https://www.jeuneafrique.com/1166260/politique/rdc-adolphe-muzito-felix-tshisekedi-fait-partie-du-probleme-il-ne-peut-pas-etre-la-solution/

Laisser un commentaire