Donald Trump signe un décret appelant à l’emprisonnement de manifestants qui visent des monuments

0 32

Donald Trump signe un décret appelant à l’emprisonnement de manifestants qui visent des monuments

Le président américain Donald Trump a signé un décret appelant à l’emprisonnement de manifestants qui visent des monuments.

La mesure stipule que toute personne qui endommage une statue publique doit être poursuivie « dans toute la mesure permise par la loi ».

L’ordonnance de M. Trump appelle également à retenir les fonds fédéraux des juridictions locales et des services de police qui ne parviennent pas à empêcher une telle «règle de la mafia».

Un certain nombre de statues américaines ont été abattues depuis le meurtre par la police d’un homme noir non armé, George Floyd.

Le président a rendu l’ordre vendredi soir après avoir brusquement annulé un voyage prévu sur son terrain de golf à Bedminster, New Jersey, écrivant sur Twitter qu’il resterait à Washington DC pour « s’assurer que la LOI ET L’ORDRE soient appliquées ».

Espaceur blanc

La mesure dit: « De nombreux émeutiers, incendiaires et extrémistes de gauche qui ont commis et soutenu ces actes se sont explicitement identifiés avec des idéologies – telles que le marxisme – qui appellent à la destruction du système de gouvernement américain. »

Il accuse les manifestants « d’une profonde ignorance de notre histoire ».

L’ordonnance cite le récent ciblage d’un buste de San Francisco à Ulysses S Grant, qui possédait un esclave avant de devenir commandant de l’armée de l’Union et a vaincu la Confédération propriétaire d’esclaves pendant la guerre civile, une statue à Madison, Wisconsin, d’un immigrant abolitionniste qui combattu pour l’Union, et un mémorial de Boston commémorant un régiment afro-américain qui a combattu dans le même conflit.

Légende des médiasQuatre chiffres qui expliquent l’impact de George Floyd

« Les individus et les organisations ont le droit de plaider pacifiquement pour la suppression ou la construction de tout monument », précise le décret. 

« Mais aucun individu ou groupe n’a le droit d’endommager, de détériorer ou d’enlever un monument par la force. »

Il cite les lois existantes prévoyant jusqu’à 10 ans de prison pour toute personne qui endommage des biens fédéraux.

L’ordonnance avertit les juridictions locales que le fait de négliger de protéger de tels monuments pourrait voir leur financement fédéral lié aux espaces publics retenu.

 

Les services de police qui n’ont pas protégé les statues contre les dommages ou le vandalisme pourraient également perdre ces fonds, prévient l’ordonnance.

Il stipule également que quiconque << endommage, altère ou détruit des biens religieux, y compris en attaquant, en enlevant ou en dégradant des représentations de Jésus ou d’autres personnalités religieuses ou œuvres d’art religieux >> devrait être poursuivi dans toute la mesure permise par la loi.

La mesure semble se référer à un récent post Twitter de l’éminent activiste de la justice sociale Shaun King qui a écrit que « les statues de l’Européen blanc qu’ils prétendent être Jésus devraient également descendre ».

Le tweet a ajouté: « Ils sont une forme de suprématie blanche. »

Une statue de Christophe Colomb, renversée par des manifestants, est chargée dans un camion à St Paul, MinnesotaCopyright de l’imageGETTY IMAGES
LégendeUne statue de Christophe Colomb a été renversée par des manifestants à St Paul, Minnesota

Les monuments liés à la Confédération ont été particulièrement visés aux États-Unis au milieu des manifestations à l’échelle nationale déclenchées par la mort de Floyd à Minneapolis, Minnesota, il y a un mois.

Le président Trump a défendu les symboles confédérés dans le cadre de l’héritage américain.

Les statues de Christophe Colomb, l’explorateur du XVe siècle dont les voyages au nom de l’Espagne ont ouvert la voie à la colonisation européenne des Amériques, ont également été ciblées comme des symboles perçus de l’impérialisme.

Certains dirigeants étatiques et locaux ont eux-mêmes pris des mesures pour supprimer les symboles confédérés.

Plus tôt ce mois-ci, le gouverneur de Virginie, Ralph Northam, a annoncé qu’une statue du général confédéré Robert E Lee serait retirée de la capitale de l’État à Richmond.

Cet article est apparu en premier  sur : https://www.bbc.com/news/world-us-canada-53201784

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.