Affaire Ernest Obama: »Amougou Belinga doit être impitoyable et inflexible », pense Dieudonné Essomba

0 505
                   
Il estime que ce n’est que de cette manière que l’homme d’affaires pourra préserver ses entreprises de tentatives malveillantes.

Les réactions se multiplient au sujet de l’interpellation du journaliste Ernest Obama. L’ancien directeur général de Vision 4, poursuivi par le propriétaire de cette chaîne, Jean Pierre Amougou Belinga, pour des faits d’abus de confiance et de détournement de fonds.

Dans une tribune libre publiée ce 23 juin 2020, Dieudonné Essomba se fait volontiers l’avocat du plaignant. «Amougou Belinga, dit-il, a bâti un groupe économique puissant, L’Anecdote, dans un environnement économique et sociologique particulièrement hostile. Aux médias qui se diversifient sans cesse s’ajoutent des fleurons dans la Finance, l’enseignement supérieur, etc. Sa vitalité sur le plan international donne l’image exacte de ce qu’on appelle un ‘‘champion national’’».

Après avoir rappelé les faits reprochés à notre confrère, l’économiste, consultant de ‘‘Club d’Elites’’, l’émission dominicale créée par Ernest Obama, conseille à M. Amougou Belinga l’intransigeance.

«Un homme environné de telle adversité se doit d’être vigilant et inflexible, car dans ce monde féroce où ne survivent que les méchants, il n’y a pas de place pour la pitié !  Et AMOUGOU BELINGA doit être impitoyable, parce que c’est la condition même pour qu’il survive comme homme d’affaires et comme principal dispensateur de l’emploi et des revenus à un millier de ménages. S’il se permettait de devenir tendre et naïf, il se mettrait lui-même en danger et, par le fait même, mettrait en danger les mille ménages qui sont à sa charge», écrit Dieudonné Essomba.

Il nuance toutefois son propos en émettant un vœu de happy end en faveur d’Ernest Obama.  «Celui qui vous a dit qu’on rit avec des milliards vous a menti !  Le cas OBAMA nous désole et nous lui souhaitons bonne chance pour la suite de l’affaire. Nous espérons d’ailleurs que sa Majesté AMOUGOU BELINGA puisse alléger ses souffrances, pour autant que cela soit possible et dans l’intérêt du Groupe».

Ci-après, le texte de Dieudonné Essomba:

A propos de l’interpellation d’Obama Ernest

Sa colère contre M. OBAMA qu’il a élevé comme un fils, qu’il nourrissait comme un oisillon et à qui il confiait toutes les missions les plus délicates, apparait dès lors, parfaitement légitime. Et elle l’est d’autant plus qu’en dépit des soupçons de détournement, il n’a pas cru réagir aussi fermement que l’aurait fait n’importe quel homme d’affaires et comme le commande la gouvernance efficace, à savoir le poursuivre pour rentrer dans les fonds de l’entreprise. Cédant à son naturel de père, il lui a plutôt donné une chance de rebondir en le nommant Directeur de la presse écrite.

Quel était donc le but poursuivi par OBAMA dans sa folle équipée de s’associer aux ennemis du groupe ? Chantage ? Désir de vengeance ? Mais vengeance de quoi ?

A ce niveau d’affaires, ce sont des choses qui ne se font pas ! On ne prend pas le risque de mettre impunément en danger un groupe qui utilise 1000 employés, et singulièrement au Cameroun où l’emploi est devenu une question de vie ou de mort !

L’interpellation de M. OBAMA de Vision 4 suscite un grand nombre de réactions, lesquelles se sont amplifiées avec la suspension de l’émission CLUB DES ELITES ce dimanche. Pour les plus sincères, c’est la déception devant ce qui arrive à ce journaliste talentueux. Pour d’autres, c’est une joie malsaine devant la chute d’un prétendu tribaliste invétéré, joie hypocritement masquée derrière les dénonciations des prétendues violations des droits de l’accusé.

Il faut le dire de manière claire: OBAMA n’a pas été arrêté pour ses opinions ou ses postures contre les Meutes tribales de toute nature. Son interpellation n’a rien à voir des discours vigoureux qu’il aurait tenus à l’encontre d’une racaille qui prétendait prendre le pouvoir sur des bases tribales et qui n’a pas craint de saccager les ambassades et d’agresser le Chef de l’Etat en Europe.

Les motifs de l’interpellation sont clairs: des actes de gestion, à quoi s’associent des indélicatesses liées à la confiance à lui confiée par le PDG.

Que ces prétendus défenseurs de droits de l’Homme n’y trouvent donc pas une occasion de jouer leur jeu favori, à savoir pourfendre Sa Majesté AMOUGOU BELINGA, coupable à leurs yeux d’un crime abominable: prouver que les hommes d’affaires peuvent venir de toutes les Communautés, y compris de la tribu des «paresseux et des jouisseurs».

AMOUGOU BELINGA a bâti un groupe économique puissant, l’ANECDOTE, dans un environnement économique et sociologique particulièrement hostile. Aux médias qui se diversifient sans cesse s’ajoutent des fleurons dans la Finance, l’enseignement supérieur, etc. Sa vitalité sur le plan international donne l’image exacte de ce qu’on appelle un «champion national».

L’Homme d’affaires s’est également signalé par un comportement qui sort radicalement de l’image d’Epinal qui s’attache à nos opérateurs économiques. Ceux-ci sont surtout connus pour leur radinerie, leur égoïsme, leur malhonnêteté et les mauvais salaires qu’ils donnent à leurs employés, le plus souvent leurs frères ethniques qu’ils font travailler comme des ânes de colporteurs.

A contrario, AMOUGOU BELINGA s’est démarqué par des salaires exceptionnellement élevés dans des conditions de travail décent, le tout arrosé d’une très grande générosité et de la participation active à un grand nombre d’opérations caritatives et citoyennes, comme ce récent appui de 50 millions à Mgr KLEDA pour son traitement de Coronavirus.

Ses succès spectaculaires et inattendus ne lui attirent pas que des amis, bien au contraire ! Dans un environnement où pullulent des individus par essence méchants et malveillants, ces succès suscitent haine, jalousie et aigreur. Les ennemis d’AMOUGOU BELINGA viennent de partout ! Des jaloux, des concurrents, de la famille, de la tribu, des autres tribus, des amis, etc.

Certains n’en croient pas du tout leurs yeux devant cet incroyable succès, et tentent désespérément de l’expliquer par des supputations plus ou moins vraisemblables: cette fortune appartiendrait plutôt à tel Ministre, ou bien viendrait des trafics,  etc.

En tout état de cause, ces ennemis veulent tous y voir un feu de paille, un artifice assis sur du sable, et qui va s’écrouler à tout moment. D’où leur attente impatiente devant ce qui sera pour eux la «bonne» nouvelle: AMOUGOU BELINGA est tombé !

Ils risquent d’attendre longtemps. Très longtemps !

A contrario, je tiens absolument à donner un conseil d’Economiste à Sa Majesté AMOUGOU BELINGA: lui et le groupe ANECDOTE qu’il a patiemment bâti évoluent dans un environnement particulièrement dur et méchant, qui ne tolère aucune erreur. Un monde darwinien fait de violence, dans lequel le plus fort peut s’écrouler à tout moment sous les coups de boutoir des ennemis.

Un homme environné de telle adversité se doit d’être vigilant et inflexible, car dans ce monde féroce où ne survivent que les méchants, il n’y a pas de place pour la pitié !

Et AMOUGOU BELINGA doit être impitoyable, parce que c’est la condition même pour qu’il survive comme homme d’affaires et comme principal dispensateur de l’emploi et des revenus à un millier de ménages.

S’il se permettait de devenir tendre et naïf, il se mettrait lui-même en danger et, par le fait même, mettrait en danger les mille ménages qui sont à sa charge.

En fait, il serait irresponsable ! Oui, AMOUGOU BELINGA serait totalement irresponsable si, par son indulgence, son imprudence et sa tolérance, il se faisait avoir par ses ennemis et tombait malencontreusement en ruine du fait de leurs menées criminelles, mettant dans le sinistre chômage le millier de familles qui dépendent de lui !

Sa colère contre M. OBAMA qu’il a élevé comme un fils, qu’il nourrissait comme un oisillon et à qui il confiait toutes les missions les plus délicates, apparait dès lors, parfaitement légitime. Et elle l’est d’autant plus qu’en dépit des soupçons de détournement, il n’a pas cru réagir aussi fermement que l’aurait fait n’importe quel homme d’affaires et comme le commande la gouvernance efficace, à savoir le poursuivre pour rentrer dans les fonds de l’entreprise. Cédant à son naturel de père, il lui a plutôt donné une chance de rebondir en le nommant Directeur de la presse écrite.

Quel était donc le but poursuivi par OBAMA dans sa folle équipée de s’associer aux ennemis du groupe ? Chantage ? Désir de vengeance ? Mais vengeance de quoi ?

A ce niveau d’affaires, ce sont des choses qui ne se font pas ! On ne prend pas le risque de mettre impunément en danger un groupe qui utilise 1000 employés, et singulièrement au Cameroun où l’emploi est devenu une question de vie ou de mort !

Cela ne se fait pas et dans d’autres parties du monde, cela se paie par plus grave que la prison !

Celui qui vous a dit qu’on rit avec des milliards vous a menti !

Le cas OBAMA nous désole et nous lui souhaitons bonne chance pour la suite de l’affaire. Nous espérons d’ailleurs que sa Majesté AMOUGOU BELINGA puisse alléger ses souffrances, pour autant que cela soit possible et dans l’intérêt du Groupe.

Tout en rappelant à tout le monde qu’il n’y a pas lieu de venir jouer au petit malin et faire de petites trahisons avec des milliards de FCFA d’autrui et surtout des milliers d’emplois, dans un environnement aussi féroce et aussi mortifère que le Cameroun !

source:http://www.cameroon-info.net/article/cameroun-affaire-ernest-obama-dieudonne-essomba-economiste-pense-quamougou-belinga-doit-etre-impitoyable-et-375684.html

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.